Le gaz de schiste changerait la donne en Europe

Gaz de schiste  Europe

Selon bon nombre d'analystes en énergie et en économie, l'Europe a tout à gagner à assouplir sa législation concernant l'exploitation du gaz de schiste dans les pays membres. Elle aurait même tout à y gagner du point de vue de l'indépendance énergétique, du coût du gaz, de l'impact environnemental et de l'économie.

Ce qui se passe aux Etats-Unis depuis quelques années maintenant a de quoi faire des envieux en Europe. C'est en substance le message que font passer des experts en énergie et en économie au sujet du dossier du gaz de schiste sur le Vieux Continent. Certes, certains pays comme l'Allemagne et l'Angleterre tentent de faire bouger les lignes même si la situation est encore loin d'être totalement claire notamment en raison d'une législation complexe voire contradictoire.

Ainsi, de nombreux experts s'accordent à dire que le filon du gaz de schiste en Europe pourrait véritablement changer la donne actuelle, sur différents aspects : l'indépendance énergétique, le prix du gaz, le respect de l'environnement et la croissance économique.

Pour ce qui est de l'indépendance énergétique, la situation de l'Europe dépend clairement de son approvisionnement auprès de la Russie et de l'Ukraine. Tous deux en conflits, ces deux pays sont pour le moment les principaux fournisseurs des pays membres, et la situation tendue de ces derniers mois fait peser un doute de plus en plus sérieux quant à la sécurisation de l'approvisionnement. Mais en passant la vitesse supérieure sur le gaz de schiste, l'Europe bénéficierait d'au moins 28 années d'indépendance en gaz naturel. Car l'Europe renferme d'impressionnantes quantités de gaz de schiste, avec des pays comme la Pologne et même la France qui compteraient parmi les principaux lieux de gisements.

Du point de vue environnemental, là encore, l'exploitation du gaz de schiste changerait radicalement la donne. Se lancer dans la filière permettrait de réaliser la plus importante réduction d'émission de CO2 depuis des décennies. Car en utilisant encore massivement le charbon, l'Europe reste encore un pollueur de premier plan. Et on sait à présent que la combustion du gaz naturel engendre deux fois moins de pollution environnementale que le charbon.

Des bénéfices économiques

Rien qu'en France, l'exploitation du gaz de schiste représenterait une manne financière de non moins de 100 milliards d'euros, avec la création de près de 250 000 postes.  La France n'est pas le seul pays à renfermer du gaz de schiste dans ses sous-sols, aussi ce serait bien l'Europe toute entière qui pourrait jouir d'une embellie générale sur son économie, bien à la peine en ce moment.

L'Europe bénéficierait d'investissements conséquents, de recettes importantes sur la revente de son gaz naturel, de créations de postes sans précédents...autant de leviers économiques qui manquent cruellement  à l'UE pour l'instant.

Et c'est sans compter sur une très nette baisse du prix du gaz naturel. Celui-ci a tout simplement doublé en une quinzaine d'années. Aussi, en produire ferait automatiquement baisser son coût. Au Etats-Unis, le gaz de schiste a permis de faire chuter le prix du gaz de 75%.

Reste que devant autant de points positifs (économiques, énergétique, environnementaux), une question demeure : combien de temps l'Europe va-t-elle rester frileuse sur la question du gaz de schiste ?

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire