Gaz de schiste : Engie va en importer depuis les USA

Gaz de schiste  France  Engie  USA

Le gaz de schiste américain va d'ici 2018 venir alimenter en partie les réseaux de gaz naturel des villes et les chaudières des particuliers en France comme en Europe. La raison : un accord récent conclu entre Engie et Cheniere, important exploitant de gaz de schiste aux Etats-Unis.    

La France a beau avoir interdit la fracturation hydraulique depuis 2011, il n'en demeure pas moins vrai que le pays va utiliser d'ici moins de trois ans de le gaz de schiste. Il proviendra donc des Etats-Unis, et sera vendu à Engie par la société gazière Cheniere, un des plus gros acteurs du filon du gaz de schiste au pays de l'Oncle Sam. A travers ce contrat, la France pourra bénéficier d'une plus grande variété dans les sources d'approvisionnement en gaz naturel, se dégageant quelque peu de l'emprise du gaz russe de Gazprom. De la sorte, la continuité de la chaîne d'approvisionnement sera assurée et il est légitime de penser qu'une guerre des prix à l'avantage de la France sera en place grâce à une mise en concurrence plus systématique

Un contrat d'envergure dans la lignée du précédent

Le contrat que vient de conclure Engie avec Cheniere porte ainsi sur la livraison de non moins 12 cargos de GNL par an, que le groupe énergétique français recevra et traitera dans son terminal méthanier de Dunkerque, celui-là même qui est en cours de finalisation et qui fera figure du plus site français et de l'un des principaux en Europe. Mais si ce nouveau partenariat commercial fait grincer les dents des opposants au gaz de schiste en France, il ne faut pas oublier pour autant qu'il constitue un prolongement d'un précédent accord conclu par EDF cette fois quelques mois auparavant seulement. Selon les termes de celui-ci, EDF s'était déjà engagé à recevoir cette fois 50 cargaisons de GNL par an, toujours à destination de l'imposant terminal gazier de Dunkerque.

Ces deux accords réunis vont ainsi quelque peu changer la donne en France comme sur le Vieux Continent dans son ensemble: l'agence de presse américaine Bloomberg estimant que ces nouveaux filons d'approvisionnement positionneront clairement la France comme "un point d'entrée clé du gaz de schiste en Europe".

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire