Total : projets d'exploitation, terminés en France et poursuivis au Danemark

total  exploration  danemark  france

Au cours de l’année 2010, Total avait obtenu des permis d’exploration de gaz de schiste en France et au Danemark. Le directeur de Total Gas Shale Europe explique au Nouvel Observateur pourquoi le projet danois se poursuit au Danemark, alors que le sujet est clos en France.

Les permis français et danois présentaient une structure similaire, prévoyant une première phase d’étude de deux ans, suivie d’une mise seconde phase opératoire. En France, les permis se sont arrêtés à la phase d’étude, alors que l’exploration danoise suit son cours.

Pour la France, le directeur confirme la position de la compagnie : « Ici, pour nous, le dossier est clos. Nous n’avons plus de permis et plus intérêt à tenter de convaincre qui que ce soit. Une décision politique a été prise. »

M. Courme donne les différentes raisons qui ont permis la poursuite de l’exploration du gaz de schiste sur les terres danoises, invoquant d’abord une tradition de « pays pétrolier » présente au Danemark, mais absente en France :

« C’est le troisième producteur d’hydrocarbures en Europe, après la Norvège et le Royaume-Uni, précise-t-il. Ils sont conscients de l’impact de cette ressource sur leur système social. Il y a un a priori favorable. »

De plus, « les Danois craignent mois la fracturation hydraulique que les Français. Elle est pratiquée en mer du nord depuis plusieurs dizaines d’années puisque leur production de pétrole en dépend », ajoute le directeur de Total.

En terme de protection de l’environnement, le directeur rappelle que le Danemark « consomme beaucoup de charbon, [et] émet deux fois plus de CO2 par individu qu’en France ». Ayant l’objectif de réduire leurs émissions de gaz a effet de serre, le gaz de schiste se présente donc comme « une énergie de transition ».

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire