Total

Total  patrick pouyanné  port arthur  gaz de schiste  investissement  traitement  vapocraqueur  BASF  Etats-Unis

L'usine de traitement de Total située au Texas va s'adapter au gaz de schiste

Le site américain de Port Arthur au Texas, dédié au traitement des hydrocarbures bruts et exploité par Total et BASF (Allemagne), va s'adapter à l'afflux croissant de gaz de schiste afin d'être plus performant et mieux correspondre à la production américaine.

Lire la suite
Total  Grande-Bretagne  Chine  France

Total veut investir en Grande-Bretagne

Selon le chef de la direction de Total SA, Christophe de Margerie, la compagnie pétrolière pourrait investir dans le gaz de schiste britannique.

Lire la suite
Total  Chine  partenariat  gaz de schiste

Total s’intéresse de plus en plus au gaz de schiste chinois

Le groupe français Total, l’une des majeures compagnies pétrolières au monde, a annoncé être en phase de discussion « avancée » avec un grand groupe chinois dans le cadre d’accords pour l’exploitation du gaz de schiste dans le pays.

Lire la suite
Total  rentabilité  gaz de schiste  bilan mitigé

Total freine ses investissements dans le schiste américain

Le géant français des hydrocarbures Total s’était lancé dans l’exploitation du gaz de schiste aux Etats-Unis dès 2009-2010. Un marché prometteur à l’époque qui l’est toujours, mais les résultats pour le groupe sont mitigés à cause de la baisse des prix.

Lire la suite
Total  Pologne  gaz de schiste  ExxonMobil

Total va extraire seule le gaz de schiste en Pologne

La Pologne est le centre névralgique du débat sur le gaz de schiste en Europe puisqu’elle est le premier pays à avoir lancé un véritable projet d’exploitation industrielle à long terme. La compagnie française Total est aux premières lignes dans ce projet d’indépendance énergétique.

Lire la suite
ecologie  environnement  fracturation  margerie

Est-il possible d’extraire du gaz proprement ?

Invité sur le plateau de France Inter jeudi dernier, le PDG de Total, Christophe de Margerie, aborde le sujet délicat des risques environnementaux liés à la technique la fracturation hydraulique, utilisée dans l’exploitation du pétrole et gaz de schiste.

Lire la suite
1 2 3

Géant mondial dans le secteur pétrolier, l’entreprise Total a évidemment pris en compte l’apparition des gaz non conventionnels dans sa stratégie. L’exemple le plus concret concerne le permis accordé à Total, dit "de Montélimar", qui a été établi pour exploiter un bassin dans le sud de la France. Sur une zone allant de la ville de Montélimar à celle de Montpellier, comprenant les départements drômois, ardéchois et gardois, large de plus de 4000 km². Les réserves sous ces sols sont estimées à des dizaines de milliards de mètres cubes de gaz.

Total a réussi à obtenir l’année dernière un permis de recherche couvrant cette surface, qui sera valable sur les cinq prochaines années, s’est vu dans le même temps interdire toute technique recourant à la fracturation hydraulique, la seule utilisée de nos jours pour extraire le gaz piégé dans d'étroites fissures de schiste.

Total s’est également intéressé de près à l’exploitation du gisement de Lacq, située dans le département des Pyrénées Atlantiques. Le projet d’investir près de 38 millions d’euros est prévu afin de chercher les gaz de schiste