Shell : de nouveaux investissements en Turquie

Shell  Turquie  investissement  gaz de schiste

Le directeur de la filiale turque de Shell, Ahmet Erdem a déclaré dimanche 7 avril alors qu’il était à Istanbul qu’il verserait « quelques millions de dollars » supplémentaires durant les trois prochaines années pour la recherche de gaz de schiste en Turquie.

La branche turque de la compagnie pétrolière allemande Shell a déclaré dimanche 7 avril qu’elle  comptait intensifier ses investissements dans le gaz et l’huile de schiste, ceci en coopération avec son partenaire en Turquie, la Turkish Petroleum Corporation (TPAO).

Cette déclaration d’Ahmet Erdem, le directeur de la branche turque de Shell, fait suite aux précédentes déclarations du ministre de l’Economie turc Zafer Çağlayan selon lesquelles son pays était dans l’attente de nouveaux investissements de Shell pour l’exploration de gaz de schiste.

M. Erdem a également fait référence à ces déclarations du ministre, précisant que ce dernier « fait référence aux projets communs de Shell et TPAO, en particulier ceux effectués dans le sud-ouest de la Turquie et sur la côte méditerranéenne ».

En effet, Shell et la compagnie pétrolière étatique turque réalisent conjointement depuis quelques temps plusieurs études sur l’exploration de gaz de schiste et le forage, seule technique connue permettant de récupérer les gaz enfouis dans le sous-sols, dans le sud-ouest du pays et recherchent de l’huile de schiste sur la côte méditerranéenne. Le directeur de la filiale allemande de Shell a de plus révélé qu’un troisième projet de forage d’huile de schiste dans la mer noire était en attente de l’approbation du gouvernement turc.

En Février, Shell et TPAO ont conclut un marché afin d’explorer du gaz et de l’huile de schiste dans l’ouest de la mer noire. Ce marché est différent de celui conclut en novembre 2011 selon lequel les deux compagnies peuvent effectuer des explorations pétrolières et gazières au large de la côte d’Antalaya.
Comme pour les études conduites dans le sud-ouest d’Anatolia, Ahmet Erdem a déclaré qu’ils pourraient commencer le forage dans la seconde moitié de cette année. Cependant, il a ajouté que cela pourrait prendre plusieurs années avant d’en arriver à une production efficace. 

Le gaz de schiste est devenu en quelques mois une source d’espoir importante pour l’économie de la Turquie, depuis longtemps dépendante de sources d’énergies étrangères. Les experts en énergie restent néanmoins sceptiques quant aux réserves turques, peut-être pas assez conséquentes pour répondre à la demande intérieure du pays. Il est certainement encore trop tôt pour pouvoir se prononcer définitivement.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire