Le gaz de schiste plombe les résultats de Royal Dutch Shell

gaz de schiste  shell  royal dutch shell  résultats deuxième trimestre  baisse  coûts  extraction

La compagnie pétrolière Royal Dutch Shell a publié des résultats décevants au second trimestre 2013. En cause, le boom du gaz de schiste américain et certains problèmes au Nigeria, notamment de vol de pétrole brut de ses oléoducs.

Un bénéfice net en forte baisse pour Shell

Le deuxième trimestre 2013 a été noir pour la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise. Son bénéfice net a chuté de 57% s’établissant à 1,737 milliards de dollars tandis que le bénéfice à coûts courants (CSS) a chuté de 60% et s’est établi à 2,394 milliards de dollars.

De son côté, la production du groupe a baissé de 1% et a été, pour le deuxième trimestre 2013, de 3,062 millions de dollars. De quoi faire peur à la bourse où le titre de Shell a chuté.

Le gaz de schiste et le Nigéria, bêtes noires de la compagnie

Le directeur général de Shell, Peter Voser, a regretté fortement ces résultats décevants mais a pointé du doigt des paramètres qui ont largement influencé le deuxième trimestre ; en particulier les problèmes au Nigeria et les coûts d’extraction du gaz de schiste.

Au Nigéria, les vols de pétrole brut se multiplient, un problème qui coûte à la fois à Shell mais aussi au gouvernement. Shell a néanmoins mis en avant que bien qu’elle fasse son possible, elle ne peut résoudre ce problème à elle seule.

Concernant le gaz de schiste, l’influence des coûts d’extraction liés à la fracturation hydraulique ont largement fait baisser la marge de gains des opérations ce qui encore plus enfoncé le clou d’un trimestre difficile pour la compagnie.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire