La recherche française sur la fracturation hydraulique se fera en Algérie

recherche  science  alternative  fracturation hydraulique

Le gouvernement français n’a jamais fermé la porte aux gaz de schiste mais seulement à la technique de fracturation hydraulique jugée dangereuse et polluante. Une autre technique moins risquée pour l’environnement pourrait permettre l’exploitation du gaz de schiste sur le territoire.

Le moratoire de juillet 2011 ne concerne que la technique utilisée dans la prospection et l’exploitation du gaz de schiste, à savoir la fracturation hydraulique. Le moratoire n’interdit aucunement l’exploitation du schiste par d’autres moyens, mais aujourd’hui aucune alternative n’existe.

Cette distinction a conduit le parti des Verts à déposer un projet de loi visant à interdire l’exploitation de tout hydrocarbure non conventionnel sur le territoire français la semaine dernière.

En visite en Algérie, Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, a laissé entendre aux journalistes que la France se lancera dans la recherche technologique pour trouver une alternative à la fracturation hydraulique. Ce domaine de recherche est convoité par nombre d’équipementiers dans le monde.

La recherche technologique nécessitant aussi des tests, elle ne peut se faire en France à cause dudit moratoire. C’est donc en Algérie que la France développera son savoir technologique à la recherche d’une solution en accord avec l’environnement.

Réactions et commentaires
On fait vraiment très fort dans la conn... euh, bêtise !
Marin Shadock | Le 21 décembre 2012 à 02:17:10
Et un parjure de plus!!!! décidément il n'y a que le fric qui compte....
jean pierre | Le 28 mars 2013 à 17:10:18
Déposer un commentaire