La Roumanie, dans les starting-blocks pour accroître ses explorations de gaz de schiste

Roumanie  gaz de schiste  ministère de l'Energie  Chevron

La Roumanie lancera prochainement des offres pour étendre l'exploration de gaz de schiste. L'entreprise américaine Chevron a déjà pris les devants, répondant à la volonté du gouvernement roumain d'être moins dépendant d'importations coûteuses.

« L'agence des ressources minérales lancera des offres pour l'exploration du gaz de schiste dans un futur proche. De nouvelles conditions ont été mises en place pour accélérer le processus mais il ne tient qu'à l'agence d'établir le bon timing », nous apprend le ministre de l'Energie, Constantin NIta.

« J'aimerais voir de plus en plus d'investisseurs et d'entreprises se rassembler pour explorer nos ressources en énergie », ajoute-t-il.

L'Administration américaine de l'Information en énergie estime que la Roumanie et les pays limitrophes, la Bulgarie et la Hongrie, pourraient posséder à eux trois 538 milliards de mètres cubes de gaz. Une réserve suffisante pour satisfaire la consommation roumaine pendant une quarantaine d'années.

Début mai, la géante américaine, Chevron, annonçait qu'elle prévoyait de commencer ses explorations de gaz de schiste en Roumanie. Elle mènera au préalable une étude géophysique près de la mère noire et forera des puits-test dans la région de Vaslui.

Dans le pays, le gouvernement de gauche s'était d'abord opposé au gaz de schiste quand il a pris le pouvoir en 2012 mais s'est depuis ravisé au vu des bénéfices économiques potentiels qu'il pourrait rapporter.

Lors d'un séminaire sur l'énergie, tenu le 23 mai, le ministère de l'Energie a déclaré que « la Roumanie décidera d'exploiter ou non » en fonction de ce que donneront les explorations du gaz de schiste, ajoutant que le gouvernement « réfléchit à la façon dont il pourrait réévaluer le mix énergétique de la Roumanie ».

Contrairement aux pays voisins, il n'est par urgent, pour la Roumanie, de trouver du gaz de schiste dans la mesure où elle dispose d'une réserve conséquente en gaz conventionnel et n'importe que le quart du gaz consommé.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire