Aux alentours de Paris on cherche du pétrole de schiste

paris  gaz de schiste  huile de schsite  pétrole  france  recherche  seine-et-marne

L'interdiction de la fracturation hydraulique sur le sol français n'empêche pas des carottages de recherche de pétrole et gaz de schiste. Plusieurs sont en cours, en particulier en Seine-et-Marne, où les compagnies pétrolières n'attendent que le feu vert du gouvernement pour se lancer dans une exploitation commerciale. Un feu vert dont on ne voit même pas l'ombre.

Le 13 juillet 2011, la loi Jacob interdit la technique de fracturation hydraulique en France. Une position radicale confirmée en septembre 2012 par Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, et François Hollande. Pas d'exploitation du schiste en France. Mais la recherche de réserves n'est pas interdite.

Contrairement à ce qu'on pense en général, la recherche de gaz et pétrole de schiste peut se faire sans fracturation hydraulique et n'est donc, de fait, pas interdite en France. Certes, cette manière de prospecter est moins performante, mais au moins elle ne contrevient pas à la loi.

La Seine-et-Marne est particulièrement concernée par ces recherches de type conventionnel. Déjà connue pour ses réserves conventionnelles avec quelques 2000 puits forés sur son territoire depuis les années 60, la région espère trouvé un autre type d'or noir.

Les demandes de permis de prospection s'accumulent en Seine-et-Marne et dans le bassin parisien en général. En 2010, ces demandes atteignaient déjà la quarantaine. Tout le territoire est couvert par l'un ou l'autre permis, qu'il soit pour des hydrocarbures conventionnels ou non conventionnels.

Bien entendu, il n'est pas question de les extraire. L'impossibilité d'utiliser la technique de fracturation hydraulique bloque les compagnies pétrolières. Mais au moins elles sauront où forer si un jour le moratoire est levé.

Mais elles espèrent aussi que de nouvelles techniques d’exploitation voient le jour et soient autorisées sur le sol français. Plusieurs recherches sont menées dans cette optique partout dans le monde et quelques pistes intéressantes, comme la fracturation par propane, commencent même à être utilisées pour une exploitation commerciale.

Hess Oil France est dans cette optique d'attente et de, pour reprendre ses propres termes, « compréhension ». Elle tente de cartographier l'ensemble du bassin parisien en termes de ressources d'hydrocarbures.

Des investissements de plusieurs millions d'euros portés par une vision à long terme et, surtout, l'espoir d'un jour pouvoir extraire le pétrole de schiste du sous-sol français.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire