Des chercheurs déplorent l'interdiction des recherches sur les gisements français

recherches  extraction  France  chercheurs

En France, il est toujours interdit de se lancer dans l'exploration du gaz de schiste. Un moratoire sur la recherche et la production qui fait grincer les dents d'un nombre toujours croissant de chercheurs.

Un manque à gagner important

Après le Comité de prospective en énergie (CPE) de l'Académie des sciences, le 21 novembre dernier, c'est au tour de scientifiques réunis à l'occasion de la conférence "Culture d'hiver" de l'université populaire d'Oloron de taper du poing sur la table. A l'image de Claude Chambu, ancien directeur du centre de recherches de Lacq, comparant les modèles français et américains, non sans amertume : "En France on n’a pas de forage, on ne peut rien dire, point barre. Aux USA, on est propriétaire de son sous-sol. Il y aurait des réserves qui correspondent à 500 fois le gisement qu’il y avait à Lacq." 

Avant de poursuivre, intraitable :  "Des projections laissent à penser qu’il pourrait y avoir de l’huile (pétrole) dans le bassin parisien et du gaz dans le Sud-Est. On parle de réserves qui représenteraient 20 fois Lacq. J’ai fait un calcul : la valeur de ce gaz représenterait un peu plus de la moitié de la dette française ». Un argument de poids. Sera-t-il entendu ? 

Réactions et commentaires
En France, nos gouvernants, aidés par une frilosité nationale qui hurle dès que l'on prend le moindre risque (le fameux et mortel principe de précaution) nous amènent progressivement vers le statut de pays sous-développé. Ce n'est plus qu'une question d'années...
PALLIX | Le 07 janvier 2014 à 14:18:07
Et oui on peut réactiver le gaz de Lacq en le fracturant !!
Ce gaz a pué des dizaines d'années truffé de H2S et de souffre, stocké en tas jaunes énormes à Lacq !!
On peut réactiver et fracturer partout en France, sauf sur les roches granitiques et volcaniques !!

Un puits tous les 300m, comme déjà dans certaines régions US.


Vu tous les pays pleins de gaz et pétrole de schistes sous terre à extraire, (toutes les formations sédimentaires sur 10Km de profondeur), la terre et les mers vont se retrouver truffées de puits de fracturation, un puits tous les 300m, comme déjà dans certaines régions US, et tellement de carburant brulé que le CO2 sera passé des 400ppm actuels à des dizaines de milliers de ppm, seuil à quelques % à partir duquel le CO2 asphyxie vite les gens !!
Notez aussi que le CO2 est cancérigène à bien plus faible dose, comme dans les cigarettes !!!
En oubliant avant, le réchauffement qui a commencé et la remontée des mers d'une dizaine de mètres, inexorable dans les siècles à venir, comme celle de 120m, aussi inexorable, sur des millénaires qui s'est produite il y a 140000 ans après la fin de la glaciation, elle sans aucun CO2 humain, preuve de l'énorme instabilité actuelle du climat terrestre .

Enfin le sous sol de la terre contient des quantités énormes de carburants pétrole, charbon et gaz CH4 piégés depuis 600 millions d'années de vie sur terre multicellulaire respirant l'oxygène produit par photosynthèse qui renouvelle tout cet oxygène de toute l'atmosphère tous les 200mille ans, environ.
Ainsi tout notre oxygène que nous respirons a été renouvelé 600/0,2=3000 fois par la photosynthèse des plantes et algues, surtout le plancton.
A chaque molécule d'oxygène formé correspond un atome de C non oxydé, CH4, charbon ou pétrole, stocké sous terre, soit 3000 fois la quantité nécessaire pour bruler tout l'oxygène respiré !!
Aussi même si ce carbone a été recyclé de façon complexe, sur ces 3000 fois, il reste sous terre et au fond des océans largement en carburant de quoi bruler en supprimant tout l'oxygène de notre atmosphère !!
Cet argument simple de bon sens, jamais dit, montre que le pic pétrolier n'existera jamais !!
En 1973 on nous a fait choisir les centrales nucléaires en nous racontant le mensonge qu'il n'y aurait plus de pétrole avant l'an 2000 !

Et sans limites, on brulera tout l'oxygène respirable ne laissant que 20% de CO2 à la place, nous morts à quelques % bien avant, obligés de porter des masques à oxygène, et plein d'emplois à faire de l'oxygène devenu introuvable !!


dedelreu | Le 03 mars 2014 à 20:25:59
Déposer un commentaire