Suisse : nouvel engouement pour le gaz de schiste

eCorp International  Suisse  SEAG  gaz de schiste

Le vice-président de la Société anonyme pour le pétrole suisse (SEAG), Patrick Lahusen, a observé avec attention la révolution énergétique que connaît actuellement la première puissance économique mondiale et est persuadé que la Suisse détient elle aussi des réserves conséquentes en gaz de schiste.

Après les déclarations de l’Agence internationale de l’énergie, à savoir que le monde est en train de vivre un « âge d’or du gaz », c’est au tour de Patrick Lahusen, vice-président de la SEAG, d’affirmer que « Nous sommes face à une vraie révolution. Toutes les théories selon lesquelles il n’y aurait sur notre planète que des réserves de gaz pour 20 ou 30 ans peuvent être oubliées. Nous en avons au moins pour 200 ou 300 ans. »

En Suisse, il a créé plusieurs sociétés et est à l’origine de huit des dix-huit forages d’exploration sur le territoire au cours de ces 50 dernières années.

Persuadé que la Suisse a dans son sous-sol d’énormes ressources en gaz naturel, Il est très enthousiaste à l’idée de pouvoir commencer les explorations au moyen des techniques nouvellement découvertes dès lors que le gouvernement suisse donnera son aval : «  Il y a eu des incidents et des cas de pollution. Mais récemment, de nouvelles normes ont été introduites pour réduire l’impact sur l’environnement. Nous disposons maintenant d’une nouvelle méthode de fracturation de la roche sans eau et sans produits chimiques. On utilise du propane sous forme liquide qui, après la fracturation, remonte en surface sous forme gazeuse, où il est emmagasiné et peut être réutilisé.»

Pour l’heure, la SEAG et l’entreprise américaine eCorp international prévoient de s'associer pour réaliser une trentaine de forages exploratoires en Suisse.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire