L'Espagne donne son feu vert pour la prospection du gaz de schiste

gaz de schiste Espagne  José-Manuel Soria Lopez  prospection

Aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, samedi 6 juillet 2013, le ministre espagnol de l'Industrie a annoncé son autorisation pour une prospection du gaz de schiste.

Le ministre espagnol de l'Industrie, José-Manuel Soria Lopez annonce officiellement lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, samedi 6 juillet 2013, qu'il autorise son pays à prospecter du gaz de schiste.

L'Espagne revient dans la course

Lors d'un entretien avec le journal La Croix, le ministre espagnol de l'Industrie évoque la manière dont son pays souhaite revenir dans la course économique. Suite à la crise, l'Espagne a dû envisager plusieurs solutions et a mené plusieurs réformes dont la diminution des coûts salariaux par exemple.

Fin 2012, le produit national brut a connu son pire de recul avec 0,8 %. « Depuis les chiffres se redressent. Nous serons encore en récession en 2013 mais ce sera la dernière année, explique le ministre. Nous voulons être, à nouveau, une Espagne forte, compétitive au plan mondial. »

Le gaz de schiste un nouvel apport économique

L'Espagne s'est lancée dans de nombreux chantiers en vue de redresser son pays. L'un d'eux touche le domaine de l'énergie. Le Parlement espagnol « va voter cette semaine une loi autorisant la prospection de gaz de schiste en Espagne, dans le respect des normes européennes et environnementales ».

Face aux marchés des États-Unis d'Amérique, José-Manuel Soria Lopez explique « l’Europe doit lancer ce débat sur le gaz de schiste, afin de réduire sa dépendance énergétique ». En effet, le gaz de schiste coûte aux États-Unis « trois fois moins cher qu’à l’Europe. C’est un facteur clé de la compétitivité ».


 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire