La Chine peine à se lancer dans l'exploitation du gaz de schiste

Chine  gaz de schiste  forage  exploitation  chère  prix  investissement  rentabilité  complexité  extraction

Comment développer ce qui pourrait être la plus grosse réserve mondiale de gaz de schiste ? C'est la problématique à laquelle est confrontée la Chine, revenue à la case départ, après avoir essayé de stimuler l’investissement et de lancer sa révolution énergétique.

Les lents progrès des entreprises chinoises

La Chine souhaiterait imiter les États-Unis, mais elle rencontre de nombreuses difficultés. Dernière déconvenue : il est peu probable que la Chine atteigne en 2015 le niveau modeste de 6,5 milliards de mètres cubes. Or cela ne représente qu'une infime partie des 224 milliards de mètres cubes produits par les États-Unis en 2011 et ne constituerait que 6 % de la production actuelle totale de gaz naturel en Chine.

Par ailleurs, les progrès des géants nationaux, PetroChina et Sinopec Corp, sont lents, ce qui décourage les petites entreprises. En effet, le coût du forage et la complexité de l'extraction constitue une perspective intimidante.

La faible rentabilité, un frein à l'exploitation du gaz de schiste en Chine

La faible rentabilité des investissements freine également les avancées de la Chine dans ce secteur. Chen Weidong, analyste de l'industrie explique : « la libéralisation du secteur ne semble pas appropriée pour travailler dans le gaz de schiste, au regard des investissements importants que cela nécessite contre des rendements trop faibles ».

Pour le gouvernement, le gaz de schiste chinois constitue une ressource importante, mais dont l'exploitation nécessite un long processus pour se mettre en place. La Chine a mis près de vingt ans pour se lancer dans le développement à part entière de ses gisements de gaz conventionnels, souligne le gouvernement, et il pourrait en être de même pour le gaz de schiste. 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire