Prospection en Asie Pacifique

1 2 3 4 5

En Asie, la Chine et l'Inde sont sur les rangs pour conquérir également par le biais du gaz de schiste leur titre de superpuissance mondiale. Les prospections vont bon train et de nombreux permis de prospection ont été accordés.

En Chine, les autorités en charge du secteur énergétique et de l'économie ont lancé un immense plan quinquennal (2011-2015) pour développer le gaz de schiste sur le territoire chinois.  De nombreuses compagnies pétrolières avancent leurs pions, notamment le français Total. Les réserves gazières exploitables sont estimés à plus de 25 000 milliards de m3, le double des Etats-Unis.

Les campagnes de prospection ont déjà permis d'identifier plus de 180 zones  de forages possibles. En Chine, ce sont les compagnies nationales qui sont les seules à pouvoir proposer des solutions de prospection et d'extraction. Les compagnies étrangères doivent créer de nombreuses "joint ventrues" pour s'associer aux géants locaux, en leur transférant savoir-faire et technologies au besoin. Cette spécificité juridique vit ses derniers jours : le Conseil d'Etat chinois vient en effet d'autoriser les compagnies étrangères à prospecter elles-mêmes en modifiant le statut du gaz non conventionnel schisteux, le faisant passer du statut de ressource naturelle nationale à celui de ressource minière indépendante. Plusieurs autres signes manifestes viendraient d'ailleurs démontrer que les investissements étrangers sont désormais vivement encouragés (avantages fiscaux, facilités administratives…).