Canada : le gouvernement du Nouveau Brunswick, favorable au développement du gaz de schiste

Nouveau Brunswick  gaz de schiste  industrie du gaz de schiste  bénéfices

Dans le nouveau Brunswick, trois manifestants anti-gaz de schiste ont été placés en détention par la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Le gouvernement de la province a affirmé qu'il réfléchirait à la mise en place de lois permettant d'encadrer les explorations du gaz de schiste mais refuse d'empêcher la création d'une industrie dont sa région pourrait tirer profit.

C'est la douche froide pour les manifestants anti-gaz de schiste : le mercredi 5 juin trois d'entre eux ont été arrêtés par la GRC après avoir bloqué le passage de camions destinés aux tests anti-sismiques.

L'un des camions avait été affrété par un contractuel pour le compte de la SWN Resources Canada. L'entreprise dispose d'une licence lui permettant d'explorer le gaz de schiste dans la province.

Le gouvernement du Nouveau Brunswick prévoit d'élaborer une série de réformes pour encadrer de façon stricte les explorations d'huile et de gaz naturel.
Il établit donc un compromis tacite avec les protestants qui dénoncent la méthode de fracturation hydraulique consistant à injecter de l'eau (mélangée à d'autres additifs) sous pression dans la roche pour en dégager le schiste.

De son côté, le premier ministre de la province, David Alward, fait valoir que la création d'une industrie du gaz de schiste permettrait d'infléchir la courbe du chômage qui actuellement plafonne à 10 % depuis juillet 2012.

Et d'ajouter que cette industrie permettrait non seulement de créer de l'emploi mais aussi de financer des programmes sociaux.

L'ancien premier ministre, le libéral Frank McKenna a estimé en février que l'industrie du gaz de schiste pourrait rapporter plus de 7 milliards de dollars canadiens en redevances et revenus pour la province.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire