Inde : les ventes de haricots gonflées par le gaz de schiste

Inde  haricot de guar  gaz de schiste  fracturation hydraulique

Parmi les bénéficiaires de l'âge d'or du gaz naturel il y a les cultivateurs indiens d'un haricot très particulier, le haricot de guar, utilisé par les industries texanes pour la fracturation hydraulique.

Le haricot de guar servait initialement à nourrir le bétail. Mais son utilisation a radicalement changé depuis que les industries pétrolières l'utilisent pour extraire le gaz de schiste. Et avec l'expansion actuelle, surtout en Amérique, les cultivateurs indiens sont les premiers à en bénéficier.

Le haricot de guar est un épaississant et sa gomme (ou sa poudre) permettent de faciliter l'extraction du gaz et du pétrole. Mais les quantités utilisées sont énormes et cela influence le cours du marché de ce légume.

L'Inde produit quelques 80% de la production mondiale de haricot de guar et le prix de ce végétal a littéralement flambé en deux ans : de 2010 à 2012 il est passé de 1.500 dollars la tonne à pas moins de 20.000 dollars la tonne.

Le prix incite les agriculteurs à se lancer dans la culture de ce féculent et la valeur des terres aussi a augmenté. Une véritable mine d'or pour les paysans des régions désertiques de l'Inde. De plante des pauvres, le haricot de guar est passé au statut de porteur d'espoir.

D'autant plus que le haricot de guar se cultive dans des régions arides et les terres de ces régions, dont la valeur était moindre, sont devenues très prisées. De quoi changer la vie de plus d'un paysan.

Et si certaines industries chimiques sont en train de tenter de reproduire les caractéristiques de la gomme de haricot de guar, il se passera encore quelques années avant que ce miracle économique ne s’essouffle. 

Réactions et commentaires
Extraordinaire ! Votre site est vraiment inovant. Exploitation du gaz par du gaz grâce à des haricots magiques qui font péter les foreuses. Vive la technologie ! (et tant pis pour la planète pourvu qu'on rigole !)
Hugues | Le 24 septembre 2012 à 16:30:27
Oui oui, extraordinaire ! Vive les fayots et on se chauffe à l'oeil ;-)
jacques | Le 29 septembre 2012 à 22:59:07
Moi je n'ai pas besoin de ça pour me chauffer aux fayots : j'en pète de rire !
roro | Le 29 janvier 2013 à 23:39:31
Déposer un commentaire