La croissance américaine pourrait être boostée par l’exportation de gaz de schiste

gaz de schiste  états-unis  Washington  exportation

Le cabinet situé à Washington et composé d’économistes Nera a publié un rapport selon lequel l’exportation de gaz de schiste pourrait rapporter 47 milliards de dollars aux Etats-Unis d’ici à 2020.

Selon cette enquête, il serait plus profitable pour les Etats-Unis d’exporter ses gaz naturels liquéfiés que de les vendre aux ménages américains. Cette déclaration des économistes de Nera pourrait bien avoir une forte influence sur le cours de l’économie du pays. Entre les producteurs d’énergie, les industriels nationaux et les écologistes, le débat est lancé.

Une relance de la croissance grâce à l’exportation intéresse en effet fortement les producteurs d’énergie, comme la société ExxonMobil, qui ne cessent de perdre de l’argent ces temps-ci. Les industriels nationaux quand à eux s’inquiètent de la hausse des prix de l’énergie que pourrait causer l’augmentation des exportations des ressources gazières. Augmentation qui selon les écologistes amènerait à une exploitation excessive des gaz de schiste dangereuse pour les sols américains.

Le président Barack Obama n’a lui pas encore tranché sur le sujet. Il a cependant approuvé le projet de Cheniere de Port Arthur en Louisianne, projet d’exportation de gaz naturel à partir de 2016. D’autres projets de ce type devraient avoir un retour du gouvernement bientôt, retour que le rapport de Nera espère positif.

Ce rapport, qui était une commande du ministère de l’Energie, ne prévoit en effet que du positif si les Etats-Unis décident d’exporter majoritairement les gaz de schiste. Cela, en plus de rapporter 47 milliards de dollars au pays en 2020, créerait des milliers d’emplois dans le secteur du BTP, de nouvelles infrastructures dans les ports devant être construites.

L’effet négatif que pourrait avoir ces exportations pourrait de plus être moindre. Les exportations de gaz naturels entraineraient une hausse des prix du gaz dans le pays certes, mais elle ne s’élèverait qu’à 40 dollars de plus par million de mètres cubes, le prix du gaz serait alors plus bas qu’avant la crise de 2008.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire