La révolution du schiste aux Etats-Unis profite aux PME françaises

PME françaises  Etats-Unis  révolution du gaz de schiste  polymères hydrosolubles

La découverte récente d’un important réservoir de gaz de schiste aux Etats-Unis a permis en parallèle l’essor de PME françaises dont l’activité est essentielle à la bonne exploitation du schiste.

Il est des petites et moyennes entreprises françaises anonymes qui se réjouissent de la révolution énergétique que connaît actuellement la première puissance économique mondiale.

Spécialisées dans les services parapétroliers, notamment dans la production de polymères – de minuscules particules de plastiques- les sociétés telles que SNF ne cessent de voir leur chiffre d’affaires s’accroître à mesure que le schiste s’impose sur la scène internationale de l’énergie.

Et pour cause, avec le développement de la technique de fracturation hydraulique, les demandes en « polymères hydrosolubles » sont de plus en plus pressantes.

Pascal Rémy, directeur général de SNF, s’en félicite: « Ce qui s'est passé depuis à peine trois ans, c'est une accélération massive du déploiement (de cette utilisation) aux Etats-Unis. Nos ventes ont été multipliées par quasiment cinq. »

Son entreprise a inauguré il y a deux ans un site en Louisiane et s’apprête à s’implanter en Chine et en Argentine où la fracturation hydraulique n’est pas interdite.

Néanmoins, Pascal Rémy déplore que le débat en France demeure infructueux : « Le débat est un peu stérile aujourd'hui. On ne voit pas très bien pourquoi ce débat ne s'engage pas sur des bases plus techniques et sur la mise au point de technologies qui pourraient être adaptées à des bases réglementaires plus strictes. »

Au même titre que Technip ou CGGVeritas, la révolution du gaz de schiste a permis à SNF de se tourner vers d’autres perspectives jusqu’alors insoupçonnées.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire