Le potentiel en schiste de l'Azerbaidjan intéresse les acteurs énergétiques mondiaux

gaz de schiste  Azerbaidjan  Total  Chevron  Exxon Mobil  SOCAR  pétrole de schiste  gaz de schiste  réserves

SOCAR, géant de l'énergie en Azerbaidjan (Caucase) informe que les entreprises énergétiques étrangères montrent un intérêt pour son pays dans l'exploration de schiste.

Le 6 juin à l'occasion de la Caspian Oil and Gas Conference, M. Yusifzade, vice-président de SOCAR, a déclaré que les grands du secteur tels Exxon Mobil, Chevron et Total, s'intéressaient aux réserves de schistes d'Azerbaidjan (pays caucasien).

D'après les dernières estimations, les ressources en schiste mondiales dépassent largement les ressources en gaz naturel. Mais pour l'heure, seuls 2,5 % des pays du monde peuvent produire du pétrole de schiste.

Yusifzade a indiqué qu'à l'échelle mondiale, les prix élevés du pétrole et le nombre élevé de réserves d'huile de schiste sont à l'origine de l'intérêt porté aux sources alternatives d'énergie. Et d'ajouter que dans certaines régions du monde les sables bitumeux de schiste sont saturés.

« J'espère que la technologie moderne permettra l'exploitation des ressources schisteuses d'Azerbaidkan », indique le vice-président de SOCAR.

Si l'énergie de schiste a fait un boom aux États-Unis, ces derniers temps, d'autres pays et acteurs se revendiquent, changeant ainsi le paysage énergétique mondial. Une révolution en marche ?

Pour le cabinet d'audit, d'expertise comptable et de conseil PWC, le développement de l'énergie de schiste est actuellement l 'événement majeur du secteur énergétique et cette alternative pourrait bien s'imposer au cours des vingt prochaines années. S'il en est ainsi, le schiste apporterait une plus grande sécurité énergétique à bas coût, à long terme.

PWC estime la production d'huile de schiste à 14 millions de barrils par jour d'ici 2035, soit 12 % de l'offre totale de pétrole dans le monde. Une telle augmentation de la production impacterait sur les prix du pétrole la même année qui se verraient réduits de 25 à 40 %, avec un futur baril coûtant entre 83 et 100 dollars (entre 63 et 75 euros, environ)  alors qu'on l'estimait il y a peu à 133 dollars (soit 100 euros).

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire