La fracturation au gel ne convainc pas Shell

GasFrac  karoo  propane  fracturation au gel

La fracturation hydraulique traditionnelle, celle qui utilise de larges quantités d’eau, est le centre du débat qui oppose les personnes pour et les personnes contre l’exploitation du gaz de schiste. Mais peu est fait ou dit pour développer des techniques alternatives.

Que ce soient les écologistes ou les industriels, la fracturation hydraulique utilisant de l’eau semble être la seule solution. Mais ce n’est pas le cas : une technique utilisant du propane liquide est en train d’être développée.

Une nouvelle technique, donc, qui pourrait presque balayer le débat écologique concernant la fracturation hydraulique : le propane liquide devient du gaz et remonte à la surface où il peut être réutilisé. Ce type de fracturation entraînerait peu de risques de pollution des nappes phréatiques

Mais voilà, au lieu d’être encensée, cette technique très peu connue est soit passée sous silence soit décriée.

Le dernier en date à avoir émis des doutes sur cette technique n’est autre que Jan-Willem Eggink de la société Shell. Cette dernière s’apprête, entre autres, à commencer les forages dans la zone du Karoo en Afrique du Sud.

Selon lui « cette technologie devra être encore beaucoup développée » alors que selon les rapports cette technique a été utilisée plus de 1.000 fois depuis 2008 et ce avec succès.

Développée par GasFrac, une petite société basée à Calgary dans l’Alberta, cette technologie pourrait permettre une fracturation propre et c’est la raison qui a poussé le Canada à s’y intéresser de près.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire