Canada : sécuriser la fracturation au niveau sismique

Canada  fracturation hydraulique  OGC  activité sismique

La fracturation hydraulique, technique d'extraction des hydrocarbures non conventionnels, entraîne, de par sa nature, une activité micro sismique bien documentée. Au Canada, une nouvelle enquête sur le sujet est soutenue par les producteurs de gaz.

La nouvelle enquête de la BC Oil and Gas Commission (OGC) a conclu qu'il faut augmenter la surveillance de l'activité sismique liée à la fracturation de la roche-mère ainsi qu'augmenter la collecte de données.

L'activité sismique liée à l'extraction du gaz de schiste est bien connue et c'est pour garantir la sécurité des collectivités se trouvant sur les zones d'exploitation que cette étude a été lancée.

Une étude qui a été soutenue par l'Association canadienne des producteurs pétroliers comme l'a souligné son président, Dave Collyer, qui a tenu à mettre en avant le rôle « clé » des entreprises d'exploitation au niveau de l'accès aux données pour les experts de l'OGC.

L'activité de fracturation hydraulique entraîne souvent des événements sismiques et micro sismiques. Sur la rivière Horn, au Canada, des événements ne dépassant pas les 3,8 sur l'échelle de Richter ont été enregistrés.

Aucun de ces événements n'a causé de blessures, de dommages matériels ni a été un danger pour l'environnement ou la sécurité des habitants de la zone.

Les producteurs de gaz canadiens devraient adopter de nouvelles mesures concernant la surveillance de l'activité sismique liée à leur activité industrielle, après les mesures d'encadrement annoncées et prises au cours de l'année passée.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire