L'Allemagne autorise la fracturation hydraulique

Allemagne  fracturation hydraulique

Plusieurs mois d'âpres négociations auront été nécessaires au gouvernement actuel pour parvenir in fine à une loi autorisant la mise en œuvre de la technique de la fracturation hydraulique. Une avancée majeure pour le pays qui ne va pas pour autant sans présenter de nombreuses conditions.

La fracturation hydraulique pourra bel et bien être utilisée comme technique dans les mois ou années à venir en Allemagne pour l'extraction du gaz de schiste. Mercredi 1 avril a été le jour J pour l'industrie allemande qui vient de voir le gouvernement d'Angela Merkel obtenir gain de cause après plus de deux années d'intenses négociations.

Pour autant, la fracturation hydraulique ne pourra être mise en œuvre que dans un cadre particulièrement précis, dans des zones délimitées et uniquement dans celles-ci. Car l'un des pans principaux de la loi est de restreindre la technique, de l'autoriser sous certaines conditions.

Une loi portée conjointement par les ministères de l'Energie et de l'Environnement qui déclarent dans un communiqué que "la loi prévoit des interdictions dans certaines régions précises pour des questions de protection de l'eau potable, de la santé et de la nature, ainsi que des restrictions générales pour l'utilisation de la fracturation hydraulique dans les schistes, la glaise, les marnes ou les couches de charbon".

Mais cette loi est une avancée majeure pour toute l'industrie et pour les besoins en gaz de sa population. L'Allemagne est donc bel et bien sur le chemin de l'exploitation du gaz de schiste, même si elle reste conditionnée pour le moment.  

Adoption définitive en vue et potentiel de consommation conséquent

La coalition gouvernementale emmenée par Merkel va devoir à présent faire ratifier la loi devant le Parlement. Disposant de 504 sièges de députés sur les 631 au total, l'opération ne devrait être qu'une simple formalité. Les années à venir nous diront si plusieurs amendements viendront compléter la loi pour lever les barrières restrictives qu'elle a défini.

Dans tous les cas de figure, le potentiel de consommation en gaz de schiste de l'Allemagne est plus que conséquent. Il est estimé à une trentaine d'années. De quoi satisfaire la demande intérieure sans craindre quelques couacs, hausses de prix voire suspension du gaz étranger, russe en tête.

Car la Russie est le principal fournisseur de l'Allemagne en gaz, représentant 40% des ses importations. L'indépendance énergétique est ainsi vite devenu une nécessité pour le nouveau gouvernement de Merkel qui a réussi là ou le précédent à échouer. Un précédent gouvernement dont elle avait déjà été à la tête.   

Reste à savoir à présent si l'Allemagne ouvrira la voie à la France sur la question.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire