La fracturation au propane pour exploiter le gaz de schiste français ?

Fontenoy  propane  fluoropropane  Montebourg

Les récentes déclarations d’Arnaud Montebourg, qui milite en faveur d’une exploitation propre du gaz de schiste en France, ont fait des émules. La navigatrice Maud Fontenoy plaide elle aussi pour la fracturation au propane, technique plus onéreuse, mais sans effet écologique indésirable.

Maud Fontenoy : « on peut recycler le propane à 100 % »

Le ministre du Redressement productif s’apprête à présenter la technique de la fracturation au fluoropropane à la France. Actuellement en phase d’expérimentation, elle n’a encore jamais été utilisée de manière industrielle, mais présente d’importants avantages, dont celui non négligeable de ne pas porter atteinte à l’environnement. « Contrairement à l’eau, qui peut faire gonfler les argiles, le propane n’endommage pas la formation géologique et facilite l’écoulement du gaz et du pétrole », expliquent, enthousiastes, les parlementaires Christian Bataille et Jean-Claude Lenoir. A l’heure actuelle, le Canada a recours à une technique comparable utilisant du propane inflammable.

La navigatrice Maud Fontenoy, interrogée par le Parisien, ne tient pas un discours différent. Convaincue de l’intérêt du gaz de schiste pour réduire la dépendance énergétique de la France et pour créer de très nombreux emplois, l’auteure du livre « Ras-le-bol des écolos » défend également la technique de la fracturation au fluoropropane. Selon elle, avec ce type de fracturation, « il n’y a plus de problème d’eau et on peut recycler le propane à 100 % ». Prête à accepter des puits d’exploitation jusque dans sa région, Maud Fontenoy estime « qu’on ne peut pas à la fois vouloir sortir du nucléaire, renoncer au charbon, rouler en voiture et se priver des richesses de notre sous-sol ».

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire