Gaz de schiste : facteur de paix ?

gas de schiste  pétrole  Etats-Unis  Iran

L’explosion de l’exploitation de gaz de schiste aux Etats-Unis a renforcé l’isolement de l’Iran, soumis à de fortes sanctions internationales. Sa production de pétrole divisée par deux, le pays a renoué le dialogue avec les pays occidentaux.

Vers un accord historique de l’Iran avec l’Occident ?

L’exploitation du gaz de schiste a apporté un nombre considérable d’avantages aux Etats-Unis. Elle a accéléré la reprise économique, relançant l’activité et réduisant le chômage. Elle a permis la baisse des émissions de gaz à effet de serre, alors même que Washington ne s’était pas engagé sur cette voie. Et le gaz de schiste maintient le prix du baril de pétrole à un niveau stable, autour des 100 dollars.

Dans le même temps, la production de pétrole iranienne a été divisée par deux du fait des sanctions internationales pesant sur le pays. Les nations occidentales, inquiètes des avancées du pays vers le nucléaire militaire, ont en effet décidé d’un embargo commercial en guise de représailles.

Ainsi le gaz de schiste américain est venu compenser le pétrole iranien sur le marché des hydrocarbures, écartant le risque d’un choc pétrolier. Isolé sur la scène internationale, et étouffé économiquement, l’Iran n’a donc eu d’autre choix que de tenter un rapprochement avec les Etats-Unis et les autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Réunis à Genève du 8 au 10 novembre, puis à partir du 20 novembre, ces pays pourraient bien parvenir à normaliser leurs relations. 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire