Le gaz de schiste va transformer la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient

Védrine  Obama  Etats-Unis  Moyen-Orient

Selon Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, la diminution de la dépendance énergétique des Etats-Unis va modifier son implication au Moyen-Orient et contribuer à leur retrait de la région.

Les Etats-Unis vers une diplomatie plus prudente

Chef de la diplomatie de Lionel de 1997 à 2002, Hubert Védrine est revenu, dans un entretien accordé aux Echos, sur l’état des relations internationales actuelles, et notamment sur la politique étrangère de Barack Obama. Selon lui, l’exploitation massive du gaz de schiste et l’indépendance énergétique accrue que cela entraine, va nécessairement modifier l’implication des Etats-Unis au Moyen-Orient.

L’administration Obama négocie d’ailleurs actuellement son retrait d’Irak et d’Afghanistan et a renoué le dialogue avec l’Iran, pays avec lequel Washington avait cessé tout contact depuis 1979. A l’avenir, estime Hubert Védrine, les Etats-Unis se contenteront davantage du « leading from behind (diriger depuis l’arrière) » plutôt que de s’investir directement, et de manière potentiellement hasardeuse.

En outre, la révolution du gaz de schiste va avoir des conséquences économiques positives pour le pays, « en rendant à nouveau compétitive l’industrie chimique américaine qui ne l’était plus, et en ravivant la concurrence avec l’industrie chimique allemande », explique l’ancien ministre des Affaires étrangères. Et ce regain industriel confèrera naturellement aux Etats-Unis un atout non négligeable dans la compétition internationale, en particulier face aux pays émergents comme la Chine et l’Inde.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire