Le schiste peut changer la quête d'énergie des Etats-Unis, mais pas sa politique au Moyen-Orient

gaz de schiste  pétrole  huile  USA  états-unis  chine  inde  europe  exportation  importation  monde  économie  géopolitique  international  rapports  influence  boom  révolution  estimations  consommateur  hydrocarbures  moyen-orient  asie

La révolution du gaz de schiste a changé le scénario énergétique aux Etats-Unis, d'une situation d'insuffisance à l'abondance. Le plus grand consommateur d'énergie au monde devrait bientôt devenir le plus grand producteur d'hydrocarbures. Quel avenir pour ses relations internationales en termes d'énergie?

Dans l'opinion publique, les USA ont gardé un pied au Moyen-Orient uniquement pour le pétrole. Des billions de dollars sont partis dans des guerres et autres campagnes dans la région ces dernières décennies. La grande question débattue par les experts en énergie et en politiques étrangères est : maintenant que les Etats-Unis n'ont plus besoin de pétrole, resteront-ils intéressés par un maintien de l'ordre dans la région pour assurer une stabilité raisonnable ? Plus important encore, vont-ils continuer à payer la note pour ce maintien de l'ordre ?

En termes d’appétit énergétique, l'Inde et la Chine compensent le manque à gagner créé par les importations américaines. La consommation par habitant des deux pays augmente rapidement et la Chine devrait remplacer les USA sur la première place du podium des plus grandes nations importatrices de pétrole d'ici 2017. BP a déclaré que l'Inde importera 90 % de son pétrole en 2030. Ces deux pays asiatiques auront donc plus d'épaisseur dans le jeu que les Etats-Unis.

Les groupes politiques extrémistes aux USA ont déjà dit que leur présence militaire dans ces régions subventionnent la sécurité énergétique de l'Inde et de la Chine. Puisque le pétrole du Moyen-Orient commence à couler à l'est plus qu'à l'ouest, l'Amérique moyenne aura peu de raisons de soutenir la sécurité énergétique d'autres pays.

Guerre de pouvoir entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient

Durant sa visite à Mumbai plus tôt cette année, l'un des plus populaires industriels gaziers, Christof Ruhl, a décrit la renaissance de la production de pétrole en Amérique du Nord comme l'un des développements les plus dramatiques dans le paysage énergétique.

Ruhl est le chef économiste de BP. Il a déclaré que le déblocage des réserves massives de pétrole contenu dans les formations de schiste, la croissance des biocarburants aux Etats-Unis et au Brésil, ainsi que l'émergence du pétrole lourd canadien, ont conduit à la révolution.

Il prédit que le continent américain sont sur le point de dépasser le Moyen-Orient en tant que plus grande source mondiale de combustibles liquides pendant la décennie actuelle. Il devrait conserver cette position jusqu'en 2030, lorsque les experts du Moyen-Orient se rattraperont à nouveau.

La rapidité de ces développements, essentiellement aux USA et au Canada, auraient été impensables il y a quelques années. Ruhl a également déclaré que la perte d'intérêt des Etats-Unis pour le Moyen-Orient créera un vide.

Des estimations surfaites

Dans un article au sujet des énergies liées au schiste et la sécurité énergétique paru la semaine dernière, l'analyste Ross McCracken dit que les effets des progrès des Etats-Unis vers l'auto-suffisance seraient surfaits. La communauté politique de Washington est désireuse de contester la tendance parmi les spécialistes de la sécurité énergétique afin de voir toutes les relations internationales des USA en termes d'énergie.

« Les Etats-Unis ne se battent pas en Afghanistan pour protéger l'accès au pétrole et au gaz, mais pour contenir le jihadisme islamique anti-occidental » explique-t-il. « Les étroites relations avec Israël ne sont pas basées sur l'énergie. Les alliances avec le Japon et la Corée du Sud sont également des garanties de sécurité de longue date basées sur les objectifs politiques et militaires partagés. » Il ajoute que les « relations internationales sont plus larges que cela ».

McCracken explique également que la spéculation peut être présentée en termes « d'énergie virtuelle ».

Quand un consommateur américain achète antipatriotiquement une Toyota, il importe du gaz provenant du Qatar, car la voiture aura été construite avec l'utilisation de LNG importés par le Japon au Moyen-Orient. Pareillement, quand un japonais achète une Dodge, il bénéficie du boom du gaz de schiste des Etats-Unis. Ce n'est qu'une autre manière de faire comprendre que les USA font partie de l'économie mondiale. De plus, les Etats-Unis possèdent des compagnies de nature mondiale, avec des investissements substantiels dans des actifs étrangers, représentent les intérêts américains, qu'importe le niveau d'auto-suffisance énergétique.

Étendre l'influence des Etats-Unis via l'exportation

Le boom du gaz de schiste aux Etats-Unis a déjà eu un impact sur les relations énergétiques globales. Cet impact devrait se faire ressentir d'autant plus vivement quand les USA commenceront l'exportation du gaz -prévu pour 2017.

La question du volume de gaz exporté est en ce moment débattu au sénat américain. L'ambassadeur indien aux Etats-Unis a commencé a faire pression pour une accélération des approbations de l'exportation de gaz en Inde.

Exporter du gaz vers les pays alliés en Europe, tout comme en Inde ou en Chine, est vu comme une nouvelle manière d'étendre la sphère d'influence des Etats-Unis, et couper la domination du Moyen-Orient et de la Russie. Le schiste a commencé à remplacer le pétrole en tant qu'acteur dans nouveau grand jeu.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire