Allemagne: le pilier écologique de l'Europe succombe peu à peu au gaz de schiste

allemagne  gaz de schiste  écologie  économie  extraction

L'Allemagne a l'un des mouvements écologiques les plus robustes du monde. Pourtant, les pressions économiques tentent vers une chose dont les critiques disent qu'elle atteindrait à la santé de la Terre : l'extraction de gaz de schiste.

Motivée par la rapide augmentation de la production de gaz aux Etats-Unis, les businessman Allemands et autres politiciens disent qu'il est nécessaire d'agir rapidement pour empêcher le départ des industries du pays vers des Etats où l'énergie serait bien moins chère. Ils sont anxieux à l'idée que les ambitions environnementales du pays soient moins significatives si l'économie se fane dans leur réalisation.

Une loi est en cours de discussion. Pour la première fois, elle autoriserait la production de gaz de schiste en Allemagne. Ses réserves sont estimées à une durée de 20 ans. Mais cette perspective est bien moins accueillie qu'en Amérique, notamment à cause de la question de la fracturation hydraulique. Dans un pays désirant générer 80 % de son électricité grâce aux énergies renouvelables d'ici 2050, certains trouvent l'investissement dans les énergies fossiles dénuées de sens.

Le gaz de schiste dans l'Allemagne écolo?

Pousser l'Allemagne sur la route du gaz de schiste malgré les objectifs écologiques du pays est une nouvelle conséquence de la rapide augmentation de la production de gaz de schiste aux Etats-Unis. Elle a été possible grâce à des innovations dans la méthode du « fracking ». Aujourd'hui, le gaz naturel aux USA coûte le quart du prix du gaz en Europe.

L'Allemagne vise une sortie du nucléaire pour 2022, et une réduction du gaz à effet de serre de 80 % pour 2050 en s'appuyant sur les énergies renouvelables. Mais la plupart des calculs de l'Allemagne sur le coût de ses plans environnementaux supposent que les combustibles fossiles deviendraient plus rares et donc plus chers.

De ce fait, plutôt que de devenir une nation plus compétitive sur le prix de l'énergie, l'Allemagne l'est de moins en moins. Les consommateurs allemands et les industries voient le prix de l'énergie augmenter, tandis qu'il chute partout ailleurs. Le charbon, parmi d'autres sources d'énergie moins écologiques, connaît une hausse de la production dans le mix énergétique Allemand. En partie parce qu'il est moins cher que d'autres options.

"Une clé inatendue dans la transition énergétique"

La fracturation hydraulique s'est avéré être « une clé inatendue dans la transition énergétique. Personne ne s'attendait à cela, personne ne l'avait vu venir » a déclaré Miranda Schreurs, directrice du Centre de recherche sur la politique environnementale à l'Université libre de Berlin et conseillère au gouvernement.

« Cela soulève beaucoup de questions à propos de ce que cela signifie d'avoir bien plus d'énergie fossile que ce que vous pensiez. Nous avons besoin d'une transition énergétique, d'une indépendance énergétique et d'une énergie propose à cause des changements du climat. Mais il est évident que la fracturation hydraulique a changé le débat ».

Maintenant, les compagnies d'énergie se demandent su les prix élevés du gaz en Europe ne pourrait pas leur générer du profit tout en réduisant les coûts globaux pour les consommateurs et les fabricants.

Les partisans du gaz de schiste déclarent que le gaz naturel concorde tout de même avec les objectifs de réduction des émissions de l'Allemagne, car même s'il s'agit d'une énergie fossile, elle est deux fois plus propre que le charbon lorsqu'elle est brûlée.

Des avis partagés

Exxon Mobil et d'autres compagnies énergétiques, voyant l'opportunité économique, ont exprimé leur intérêt au sujet de l'implantation de puits au nord-est de l'Allemagne, là où les ressources en gaz de schiste du pays sont concentrées. La région a longtemps été le foyer de la production pétrolière du pays.

L'opposition a fait entendre sa voix. Une partie des allemands pointent du doigt la vitesse du développement de la fracturation hydraulique aux Etats-Unis et la considèrent comme une preuve de la sûreté du procédé. D'autres pensent qu'il n'y a pas de raison de se précipiter si les risques peuvent être mieux évalués grâce à ce qui fonctionne ou non aux USA.

Wolfram van Lessen,  député d'une région où Exxon Mobil désire implanter des puits, a explique que « les gens disent, ''Nous pensions que l'énergie nucléaire était sûre, ce n'est plus le cas. Donc nous ne croyons pas les experts à propos de la fracturation hydraulique.'' ».

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire