Le presbytère de Pittsburgh lève son interdiction contre le développement du gaz de schiste sur sa propriété

gaz de schiste  presbytère Pittsburgh  moratoire  Etats-Unis

Le presbytère de Pittsburgh a mis fin au moratoire empêchant la location des terres détenues par l’Église pour le développement du gaz de schiste. Cette démarche permettra la construction d'un gazoduc.

230 membres du Presbytère ont voté en faveur de la fin du moratoire le 9 mai dernier et n'ont pas suivi les recommandations du groupe de travail d'un presbytère spécial préconisant la prolongation de l'interdiction pour un an supplémentaire.

A l'occasion du vote, le Presbytère a également approuvé une des requêtes de son comité de direction à savoir, autoriser la négociation d'un bail avec Shell Oil et Gas Corporation pour la construction d'un gazoduc de 80 centimères placé dans un coin abandonné des 226 hectares de la propriété de Crestfield.

Les revenus générés par la location du gazoduc reviendraient à la trésorerie de Crestfield Camp.

Mais en dépit des bénéfices réels dont pourrait jouir l’Église grâce à la location de ses propriétés, plusieurs de ses serviteurs désapprouvent la suppression du moratoire et craignent  l'impact que pourrait avoir le gazoduc sur l'environnement : « Moi, personnellment, et avec d'autres représentants de notre église, je soutiens la prolongation du moratoire pour que soit considéré un rapport du Congrès à paraître sur la méthode de fracturation hydraulique et pour m'assurer que, sur le long terme, les intérêts environnementaux du Camp Crestfield de ne seront pas mis en péril par le projet », a expliqué Rev Randy Bush, pasteur de l'Eglise presbytérienne East Liberty.

Le Presbytère a donc pris en compte les préconisations  du groupe de travail invitant les congrégations à étudier de façon plus approfondie l'extraction du gaz de schiste dans un « souci pour la création de Dieu ».

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire