La Jordanie fonde de grands espoirs dans son potentiel en huile de schiste

Jordanie  huile de schiste  centrale électrique  importation

En maîtrisant la nouvelle technique d'extraction de l'huile de schiste, la Jourdanie pourrait être moins dépendante des importations d'hydrocarbures et améliorer sa sécurité énergétique.

La Jordanie importe jusqu'à 97% de ses besoins en énergie, même les combustibles permettant d'alimenter ses centrales électriques.

Lorsque l'Egypte a cessé de fournir au pays du gaz, forçant le Royaume-Uni à trouver des alternatives pour s'approvisionner,  et que les prix ont augmenté,  le coût des importations en énergie en Jordanie s'est accru et a représenté 5 milliards de dollars l'an dernier, soit 15 % du produit intérieur brut.

Ce taux pourrait grimper ultérieurement dans la mesure où la demande en électricité augmente de 7% chaque année.

En conséquence, l'équilibre fiscal en est menacé : fin 2012, le gouvernement augmentait les taxes sur le carburant pour alléger les dépenses de l'Etat.

Si la mesure avait été fortement décriée par la population locale, le Fonds monétaire international (FMI) l'a approuvée, faisant valoir l'importance des coûts énergétiques du pays comme étant son plus grand défi pour la croissance.

A ce propos, Nemat Shafik, chef adjointe du FMI,  considère l'énergie comme le « talon d'Achille » de l'économie jordanienne : « C'est une grande vulnérabilité pour la Jordanie...la plus grande perte économique », a-t-elle affirmé.

La Jordanie pourrait être moins dépendante si elle lançait sa première centrale électrique alimentée par de l'huile de schiste extraite directement sur son sol.

Selon les estimations, le pays détient 70 milliards de tonnes d'huile de schiste commercialement viable et pourrait fournir 100 milliards de barils. Le gouvernement prévoit à cet effet d'utiliser l'huile de schiste pour chauffer une centrale électrique de 460 mW, prochainement construite à Attarat um Ghudran, dans le sud d'Amman.

Le 17 avril, L'Attarat Power Company (APCO),  une entreprise commune jordanienne et estonienne, a annoncé qu'elle avait reçu les offres de six entreprises internationales – Alstom/ Daewoo, E&C/LG International, Samsung Engineering, Posco/Daewoo International, China Machinery Engineering Corporation et China’s Guangdong Power- pour mettre sur pied la centrale.

APCO espère que le projet sera opérationnel fin 2017.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire