L'Azerbaïdjan pourrait se lancer dans l'exploitation du gaz de schiste

Gaz de schiste  exploitation  Azerbaïdjan  Caucase

La nation du Caucase serait sur le point de passer la vitesse supérieure en entrant dans le cercle des pays exploitant le gaz de schiste.

La nation du Caucase serait sur le point de passer la vitesse supérieure en entrant dans le cercle des pays exploitant le gaz de schiste.

"L'Azerbaïdjan pourrait s'engager dans l'exploitation de ses ressources en gaz de schiste, mais le développement de ses gisements dépendra de leur rentabilité" a déclaré le géant de l'énergie azéri SOCAR. Si le conditionnel est encore employé à ce stade, bon nombre d'observateurs s'accordent à dire qu'une exploitation en bonne et due forme devrait être d'actualité dans le moyen voire le court terme.

Khoshbakht Yusifzade, le Vice-président de la SOCAR, a fait par ailleurs état de ses certitudes quant à l'aptitude qu'a le pays d'initier une exploitation professionnelle digne de ce nom " Nous pensons que l'Azerbaïdjan a la capacité d'extraire du pétrole et du gaz de schiste, et ce peu importe les résultats".

Du pétrole au gaz, il n'y a qu'un pas

Si l'Azerbaïdjan est en passe de devenir un pays producteur de gaz de schiste, c'est en raison des opportunités assez inattendues que le pays est sur le point de saisir.

En effet, toujours selon la SOCAR, les gisements de pétrole exploités à ce jour sont à une profondeur de 6 000 voire 7 000 mètres.

A ce niveau de la couche terrestre, le groupe rencontre principalement des poches de gaz.  "La raison est que nous travaillons maintenant sur ​​les champs de surface. En conséquence, il est peu probable de trouver du pétrole à une profondeur de 6000-7000 mètres. Il s'agit plutôt de champs de gaz".

Le Vice-président de la SOCAR explique par là que tous les gisements d'or noir exploités depuis peu par le groupe mettent à jour non pas des réserves de pétrole comme espéré mais bien des stocks de gaz naturel.

Aussi, le pays a beau être un des leaders en termes de production de pétrole dans la région, il pourrait alors tout à fait ajouter le gaz de schiste à sa palette de ressources d'énergies fossiles.

Les gisements de gaz de schiste d'Azerbaïdjan sont par ailleurs déjà bien connus et repérés. Ils se trouvent principalement dans la région de Gobustan (à 65km au sud-ouest de Bakou la capitale) et de Shemakha (à un peu plus d'un centaine de kilomètres à l'ouest de Bakou).

D'ailleurs, la firme américaine ConocoPhillips avait il y a quelques temps de cela procédé à des opérations d'études géologiques des sous-sols en accord avec la SOCAR. Signe que la piste du gaz de schiste était déjà explorée depuis plusieurs mois voire années.

Et les réserves en gaz de schiste et en gaz naturel de manière générale de l'Azerbaïdjan ont été quantifiées précisément : elles sont de l'ordre de non moins de

de 35 trillions de pieds cubiques.

Avec une telle manne enfermée dans ses sous-sols, le pays devrait ainsi passer la vitesse supérieure et se lancer dans la course. 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire