Le gaz de schiste étranger attire les industriels français

gaz de schiste  GDF Suez  Total  Vallourec  exploitation  monde  europe

Conscient de la révolution dans l’exploitation des nouvelles énergies avec le gaz de schiste, des groupes d’industriels français partent pour forer à l’étranger.

Voyant l’obstination du président de la République, François Hollande, d’interdire l’exploitation du gaz de schiste, certains industriels français partent chercher fortune à l’étranger.

Le gaz de schiste : ne pas prendre de retard

De grandes firmes comme Vallourec ont décidé d’investir dans l’exploration ou l’exploitation du gaz de schiste à l’étranger. Vallourec, leader mondial des tubes en acier haut de gamme, a ouvert une usine à Youngstown dans l’Ohio à la mi-juin 2013. Pour réponde aux demandes pour les puits horizontaux de pétrole et de gaz de schiste, l’usine va fabriquer des produits sans soudure.

Pour ne pas prendre de retard dans la course au gaz de schiste, Philippe Crouzet, directeur de Vallourec, avait décidé d’investir dans cette ressource dès que son exploitation a commencé. L’industrie fournit aussi en Europe : Allemagne, Danemark, Pologne. Elle espère bientôt compter dans ses clients, la Chine.

Total et GDF Suez à la conquête du monde

Pour être opérationnel dans les temps, en 2009, Total avait signé un accord avec Chesapeake, concernant l’extraction du gaz de schiste, au Texas, dans le bassin de Barnett Shale. Total a foré 300 puits en 2011, puis un an plus tard, il en compte une centaine de plus. Total, toujours gourmand, a obtenu 25% de participation dans les gisements de l’Utica. Et comme pour ne pas s’éloigner de la France, la compagnie pétrolière a l’autorisation d’exploration au Danemark et en Pologne.

Gaz de France-Suez a préféré rester en Europe, avec l’exploitation des « tight gas », gaz emprisonnés dans la roche compacte, en Allemagne et aux Pays-Bas. GDF Suez exploite à la fois les gisements offshore, en mer, et les on-shore, terrestres. Le groupe français espère pouvoir explorer et exploiter les gisements de gaz de schiste au Royaume-Uni, en Chine, l’Algérie, le Brésil et l’Indonésie. Il met l’accent sur le fait que pour le développement se déroule bien, il est obligatoire de respecter la dimension scientifique et l’environnement.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire