Russie-Union européenne : quel impact pour le gaz de schiste ?

Russie  Union européenne  gaz  indépendance

Alors que les relations entre la Russie et l’Occident se sont particulièrement tendues depuis l’arrivée de troupes russes en Crimée, la question de la dépendance énergétique de l’Europe revient avec force et met une nouvelle fois le gaz de schiste au centre du jeu.

Le gaz de schiste grand gagnant de la crise politique ukrainienne ?

Alors que le 11 mars dernier, nous avions publié un article traitant de l’attente de certains pays d’Europe centrale et orientale pour importer du gaz de schiste américain, les tensions avec la Russie font plus que jamais ressortir la question cruciale de la dépendance énergétique. L’Union européenne est dépendante à environ 30 % du gaz russe et les mesures de représailles mutuelles entre l’UE et la Russie font craindre des problèmes d’approvisionnement même si l’hiver est déjà passé.  

Le gaz de schiste, déjà perçu par de nombreux anciens pays du bloc de l’Est comme la solution idéale pour mettre fin à la dépendance vis-à-vis de Moscou devrait prendre un nouvel essor. Les ex-pays communistes travaillent pour sortir rapidement de l’orbite énergétique russe et sont encouragés dans cette démarche par les événements sensibles de Crimée. En juin 2014, la Commission européenne publiera son étude sur la sécurité énergétique de l’UE et nul doute que la question du gaz de schiste sera abordée avec une acuité toute particulière. 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire