Gazprom Neft s’associe à Schlumberger pour exploiter le gaz de schiste sibérien

Gazprom  Neft  Schlumberger  Sibérie

La compagnie pétrolière russe Gazprom Neft a annoncé avoir signé un accord de partenariat avec le Français Schlumberger afin d’exploiter les réserves en gaz de schiste situées dans l’ouest de la Sibérie.

La Russie accélère dans l’exploitation du gaz de schiste

Gazprom Neft et Schlumberger ont tous deux signé un accord-cadre portant sur une coopération technologique concernant l’exploitation des réserves en gaz de schiste situées en Sibérie occidentale, dans le district autonome des Khantys-Mansis. Gazprom Neft, filiale pétrolière de la compagnie gazière Gazprom, s’est félicitée de l’accord avec Schlumberger, dont l’expérience en matière de ressources « difficiles à extraire » sera très utile en Sibérie. A l’heure actuelle, ni Gazprom Neft ni Schlumberger ne se sont exprimées sur l’ampleur des réserves disponibles dans cette région, mais qui ont déjà attiré l’attention d’autres compagnies pétrolières.

En effet, en janvier, Salym Petroleum Development, joint-venture issu d’une alliance entre Gazprom Neft et Shell, a annoncé son intention de mettre en place cinq puits de forage pour exploiter le gaz de schiste sibérien. De la même manière, en décembre 2013, Rosneft et le Norvégien Statoil se sont entendus pour exploiter conjointement les réserves en gaz de schiste situées dans la chaine montagneuse de l’Oural.

Réactions et commentaires
Vu l'immensité de la Sibérie, en dehors des dépôts volcaniques immenses datant de 250 millions d'années, la quantité de gaz de schistes est gigantesque avec certitude.
Avec ce pactole à exploiter Poutine est certain de garder la Crimée qu'il vient d'annexer, les sanctions efficaces faisant perdre trop d'emplois !!

Vu tous les pays pleins de gaz et pétrole de schistes sous terre à extraire, (toutes les formations sédimentaires sur 10Km de profondeur), toute la terre et les mers vont se retrouver truffées de puits de fracturation, un puits tous les 300m, comme déjà dans certaines régions US, et tellement de carburant brulé avec plein de CH4 perdu, que le CO2 sera passé des 400ppm actuels à des dizaines de milliers de ppm, seuil à quelques % à partir duquel le CO2 asphyxie vite les gens !!
Notez aussi que le CO2 est cancérigène à bien plus faible dose, comme dans les cigarettes !!!
En oubliant, avant, le réchauffement qui a commencé et la remontée des mers d'une dizaine de mètres, inexorable dans les siècles à venir, et qui sera subie par nos enfants, inexorable sans rien pouvoir faire du tout, car trop tard, comme celle de 120m, aussi inexorable, sur des millénaires qui s'est produite entre moins 180000 ans et moins 8000ans, après la fin de la glaciation, elle, sans aucun CO2 humain, une preuve réelle pas du tout idéologique de l'énorme instabilité actuelle du climat terrestre, même sans aucun CO2 en trop .

Enfin le sous sol de la terre contient des quantités énormes de carburants pétrole, charbon et gaz CH4 piégés depuis 600 millions d'années de vie multicellulaire respirant l'oxygène produit par photosynthèse qui renouvelle tout cet oxygène de toute l'atmosphère tous les 200mille ans, environ.
Ainsi tout notre oxygène que nous respirons a été renouvelé 600/0,2=3000 fois par la photosynthèse des plantes et algues, surtout le plancton.
A chaque molécule d'oxygène formé correspond un atome de C non oxydé, CH4, charbon ou pétrole, stocké sous terre, soit 3000 fois la quantité nécessaire pour bruler tout l'oxygène respiré !!
Aussi, même si ce carbone a été recyclé de façon complexe, sur ces 3000 fois, il reste sous terre et au fond des océans largement en carburant de quoi bruler en supprimant tout l'oxygène de notre atmosphère !!
Cet argument simple et réel de bon sens, jamais dit, montre que le pic pétrolier n'existera jamais !!

En 1973 on nous a fait choisir les centrales nucléaires en nous racontant le vrai mensonge idéologique qu'il n'y aurait plus de pétrole avant l'an 2000 !

L'explosion actuelle d'exploitation du gaz de schiste et du pétrole le prouve !!
Pire, selon les Russes, notre terre regorge de gaz abiotique en plus de celui biotique venant de la photosynthèse sur les millions d'années passées.

Et sans limites, après un échauffement inévitable et inexorable, engloutissant toutes les villes et terres côtières sous les mers, on brulera tout l'oxygène respirable ne laissant que 20% de CO2 à la place, nous morts à quelques % bien avant, obligés de porter des masques à oxygène, et plein d'emplois à faire de l'oxygène devenu introuvable !!



dedelreu | Le 04 mars 2014 à 00:57:33
Déposer un commentaire