L’Académie russe des Sciences s’inquiète des effets du gaz de schiste sur le PIB du pays

gazprom  gaz de schiste  huile de schiste  PIB  académie russe  inquiétude  exportations  prix

La Russie serait-elle vraiment menacée par le boom du gaz de schiste aux USA et dans les autres pays du monde ? Pour la première fois un organe scientifique russe estime que oui. Et les effets seraient catastrophiques pour le PIB et les exportations du géant de l’Est.

Ni le président Vladimir Poutine ni le PDG de Gazprom Alexei Miller n’ont, jusqu’à présent, officiellement affirmé que les exportations d’hydrocarbures du pays sont menacées par l’explosion de la production de gaz et huile de schiste dans le monde. Mais l’Académie des Sciences de Russie s’en est chargée et des chercheurs ont montré que l’impact sur l’or noir russe est direct et problématique.

En 2020, selon l’AIE (Agence Internationale de l’Energie), les Etats-Unis deviendront les principaux producteurs mondiaux de pétrole brut, surpassant les pays du Golfe Arabe. Une position qui avantagera les USA mais menacera directement la Russie. Selon les chercheurs de l’Académie russe, dans moins de trente ans la baisse des exportations pourrait être de 50 millions de tonnes par an.

50 millions de tonnes, cela représente 20% des exportations de pétrole brut du pays ce qui signifie que la baisse des exportations se chiffrerait à un cinquième du niveau actuel. Une perte nette pour l’état de près de la moitié des recettes budgétaires et une baisse nette du PIB russe. Actuellement, 25% du PIB du pays provient de l’exploitation et l’exportation d’hydrocarbures mais, en 2040, cette part ne serait plus que de 15%.

La question qui se pose est donc celle-ci : comment Gazprom va gérer cette situation et quelles en seront les conséquences pour l’Europe et la France ? Ne l’oublions pas : la grande majorité du gaz consommé par l’Europe provient de GazProm et les prix pour le consommateur sont directement liés au prix de gros du gaz demandé par la Russie.

La France, qui a décidé de ne pas exploiter ses réserves de gaz de schiste, pourrait-elle se retrouver piégée par sa dépendance de la Russie et les ménages pourraient-ils voir leurs factures augmenter à cause de ces changements géopolitiques majeurs ?

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire