L’opposition au schiste en Roumanie organisée par Moscou

opposition  gaz de schiste  roumanie  russie

La presse roumaine en est convaincue : les récentes mobilisations contre le gaz de schiste qui ont eu lieu dans le pays sont liées à la pression moscovite qui pèse sur le pays. Moscou commencerait-elle à craindre que le gaz de schiste ne lui empêche de maintenir sous sa croupe les pays d’Europe de l’Est.

En Roumanie la technique de fracturation hydraulique, la seule qui permettent d’extraire le gaz de schiste, est interdite par un moratoire qui a été prolongé jusqu’en 2014 durant l’été dernier. Le premier ministre, Victor Ponta, se disait alors contraire à cette technologie, pour les mêmes raisons environnementales qui justifient le moratoire français.

Mais voilà que ce même premier ministre a, en début, d’année changé d’avis sur le sujet. Il voit désormais dans le gaz de schiste une manière d’acquérir, pour le pays, une indépendance énergétique. Une situation qui ne plairait pas à Moscou.

La Russie et son géant gazier Gazprom sont effectivement les premiers fournisseurs de gaz pour l’Europe entière et, particulièrement, pour les pays de l’ex-URSS. Une position dominante qui permet au pays dirigé par Poutine de garder un contrôle partiel sur l’ancienne union soviétique.

Alors que la Pologne a franchit le pas et a entamé les procédures et les forages, d’autres pays semblent réticents, parmi lesquels la Roumanie. D’autant plus que, récemment, une série de manifestations et de mouvements populaires demandent que le gaz de schiste ne soit pas extrait dans le pays à cause des problèmes environnementaux que la technique de fracturation hydraulique soulève.

Mais Keith Smith, éminent analyste dans le domaine de l’énergie, estime que l’environnement n’y est pour rien. Sous couvert de cette raison, il y aurait derrière ces mouvements le gouvernement russe qui financerait même les ONG environnementales. Le but serait de pouvoir continuer de contrôler le pays, et les pays de l’Est en général, grâce aux diverses menaces de coupures de gaz. Une technique que la Russie ne rechigne que très rarement à utiliser.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire