La Chine veut rattraper son retard en matière de gaz de schiste

Chine  investissements  schiste  pollution

Sur le modèle des Etats-Unis, la Chine souhaite connaître une révolution énergétique grâce au gaz de schiste. Disposant de réserves extrêmement conséquentes, le pays pourrait bénéficier du soutien des autorités publiques. En ligne de mire : l’indépendance énergétique et la réduction de la pollution.

100 milliards de mètres cubes d’ici 2020 ?

En 2010, la Chine a établi un objectif de production de 6,5 milliards de mètres cubes de gaz de schiste par an d’ici 2015. A l’horizon 2020, l’objectif de production est compris entre 60 et 100 milliards de mètres cubes. Un bond extraordinaire qui devrait représenter des investissements de l’ordre de 350 milliards de dollars d’après Damien Ma de l’institut Paulson de Chicago.

A l’heure actuelle, la Chine fait face à un important défi de pollution, qui touche particulièrement la ville de Pékin, enveloppée de manière chronique dans un épais nuage toxique. Une situation qui a incité le Gouvernement à réduire drastiquement sa consommation de charbon et à se tourner vers le gaz. En outre, le pays souhaite réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis des ressources étrangères. Les importations de gaz russe ou américain imposent notamment à la Chine des enjeux géopolitiques que les autorités souhaiteraient éviter.

Par conséquent, Pékin a tout intérêt à accélérer l’exploitation de ses réserves en gaz de schiste, même si ces dernières sont difficiles d’accès, car situées dans des régions montagneuses ou désertiques.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire