Chine: Eni passe un accord à son tour

chine  eni  accord  shell  total  sichuan  fushun  hess corp  chevron  exxon mobil  petrochina  sinopec

La Chine est assise sur la plus grande réserve de gaz de schiste du monde. Les investisseurs étrangers se bousculent pour avoir leur part du gâteau. Le dernier en date est l'italien Eni.

La firme pétrolière italienne Eni a débuté une étude commune avec CNPC, la firme chinoise, afin d'explorer un bloc de gaz de schiste dans le sud-ouest de la province du Sichuan. La zone d'étude se situe juste à côté de celle de Shell dans le Fushun.

L'accord est lié à la vente par Eni à CN de 20 % de sa participation de l'exploitation d'un gisement de gaz au large du Mozambique pour un montant de 4,21 billions de dollars.

Les compagnies de gaz et de pétrole internationales ont montré leur intérêt pour la réserve potentiellement vaste de la Chine, supposé être la plus grande du monde, même s'il n'y a eu que peu de production commerciale à ce jour.

Des entreprises telles que Hess Corp, Shell, Chevron et Exxon Mobil ont effectué un partenariat avec la firme pétrolière PetroChina et Sinopec Corp, qui exploitent de vastes superficies. Néanmoins, la plupart de ces accords ne concernent que des études jointes.

Par exemple, ConocoPhillips s'est attaqué avec Sinopec Group à une étude jointe concernant le bloc de Qijang, dans le sud du Sichuan. Deux puits doivent être creusés. Chevron a débuté le forage de deux nouveaux puits dans le bassin du Quiannan dans le Guizhou. Total, en mars, a conclu un accord préliminaire afin de former une coentreprise avec Sinopec pour prospecter du gaz de schiste.

En dehors des superficies opérées par les compagnies énergétiques principales chinoises, le gouvernement a ouvert deux enchères sur le gaz de schiste.

Seize compagnies chinoises ont gagné 19 blocs durant le second appel d'offres qui a eu lieu en Décembre. Ce sont toutes des sociétés non pétrolières, ce qui signifie qu'elles vont devoir acheter l'expertise qui leur manque, créant ainsi des opportunités pour les entreprises de services telles que Schlumberger et Baker Hughes, ou des acteurs locaux comme Anton Oilfield Services Group.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire