La Chine va évaluer le potentiel du gaz de schiste

Chine  étude  gaz de schiste  exploitation

La Commission Nationale du développement et des réformes (NDRC), un organisme gouvernemental chinois a annoncé son plan de développement en matière de gaz naturel, dont une étude de l’utilisation du gaz de schiste d’ici à 2015 fait partie.

Le gaz de schiste pourrait bien avoir le même succès en Chine qu’en Amérique du nord. On estime que les réserves du pays en gaz de schiste excéderaient celle des Etats-Unis et du Canada réunis. Cependant, la géologie chinoise, le manque de participation étrangère et les ressources en eau limitées du pays pourraient être un obstacle de taille à l’utilisation de gaz de schiste en Chine.

Selon la NDRC, le pays compte néanmoins d’ici à 2015 finir ses études sur le gaz de schiste afin de maitriser ses techniques d’extraction en vu d’une commercialisation future. Ce plan de développement prévoit plus largement une expansion de ses réserves de gaz naturels de 3500 milliards de mètres cubes de 2011 à 2015.

Ce projet, approuvé par le conseil d’Etat, indique également que les réserves explorables du pays atteindront environ 1,9 milliards de mètres cubes. Le projet envisage également de pouvoir fournir 176 milliards de mètres cubes de gaz naturels, ce qui donnerait un accès à cette énergie pour 250 millions de personnes, soit 18% de la population.

Alors que le pays vit une industrialisation et une urbanisation sans précédent, ce projet est également considéré comme un effort du gouvernement chinois pour réduire ses émissions de carbone.

Actuellement les gaz naturels ne représentent que 4.6% de la consommation en énergie primaire dans le pays, alors que la consommation moyenne dans le monde est de 23.8%. Ceci ouvre une porte à la Chine pour l’exploration de ses réserves en gaz naturel estimée à 52 000 milliards de mètres cubes, et pourquoi pas à l’utilisation de gaz de schiste.

Le plan de développement dévoilé lundi 3 décembre prévoit en effet en ce qui concerne le gaz de schiste d’arriver à 600 milliards de mètres cubes de réserves en 2015, dont 200 milliards de mètres cubes exploitables.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire