Monterey Shale : l'avenir de la Californie

Monterey Shale  Californie  gaz de schiste  huile de schiste

La formation schisteuse de Monterey, étendue sur plus de 2700 kilomètres et estimée à 15,4 milliards de baril de pétrole dans les sous-sols de la Californie et la ville de Los Angeles, est prête à être fracturée.

La Californie est déjà un leader en termes d'énergie : énergie solaire, limitation des émissions de gaz et système de plafonnement et d'échange lancé cette année.

Elle est à présent la terre d'accueil de l'une des plus grandes réserves en schiste du monde. L’État a toutefois été réticent à l'idée de commencer les explorations en raison de sa politique environnementale.

Le gisement de Monterey, plus grand que le Bakken et l'Eagle Ford réunis

Mais depuis le mois dernier, les législateurs californiens ont changé leur fusil d'épaule et ont déclaré  être prêts à progresser dans l'espoir de renouer avec la prospérité, perdue depuis la ruée vers l'or du milieu et la fin des années 1800.

Une proposition de loi pour l'interdiction de la fracturation hydraulique a été rejetée en dépit des protestations des écologistes et il semblerait que toutes les campagnes anti-fracturation hydraulique occupent le dernier rang sur la scène politique en 2013.

Pour s'en rendre compte, il suffit de constater le succès économique que le boom du schiste a engendré. D'autant plus que la Californie détient 60 % des réserves nationales en pétrole de schiste. La formation de Monterey est deux fois plus grande que le Bakken et l'Eagle Ford réunis.

Le début de l'exploration du gaz de schiste en Californie – où le taux de chômage ne cesse d'augmenter  et où l'économie faiblit- est en ce sens une grande nouvelle.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire