General Electric veut améliorer la fracturation hydraulique

General Electrique  pétrole  gaz de schiste  Etats-Unis

La compagnie General Electric a ouvert un nouveau laboratoire dans l'Oklahoma, en pariant gros sur une science qui pourrait permettre allier  davantage de bénéfices pour les clients et réduction des effets de l'exploitation sur l'environnement et la santé.

Les puits sont forés horizontalement et à une grande profondeur et se trouvent dans divers formations situées un peu partout dans le pays, cela signifie que chaque lieu nécessite différentes techniques de forage. Il existe également de grandes différences de points de vue entre les communautés. Des débats ont eu lieu en ce qui concerne le pétrole traditionnel et les états contenant du gaz de schiste comme en Oklahoma, de plus les propriétaires en Pennsylvanie, au Colorado et dans d'autres états se sont plaints des effets environnementaux et sanitaires provoqués par l'exploitation.

Mark Little a également souligné que General Electric a une expérience relativement importante de l'énergie éolienne, l'énergie solaire et du nucléaire. « Je pense que le monde a besoin de tout ces types de systèmes » a déclaré Mark Little.

« C'est excitant à voir. Je pense qu'il s'agit d'une réponse positive aux préoccupations légitimes de la population en ce qui concerne les impacts environnementaux » liés à la fracturation » a déclaré Michael Shellenberger, l'un des fondateurs de l'Institut de pensée d'Oakland. Il ajoutera ensuite que d'autres compagnies travaillent à la réduction et au nettoyage des eaux usées, et utilisent davantage de méthodes de fracturation bénignes en réduisant la pollution de l'air causée par la fracturation.

Selon Mark Little, la stratégie de General Electric vise à rassembler "les esprits et les machines ensemble." Par exemple, ils ont des dispositifs qui peuvent littéralement être posés dans un puits pour donner aux gens des informations sur la surface du sol et ce qui se passe en dessous de leurs pieds.

« Nous aurons plus d'informations qu'auparavant » a-t-il déclaré, et cela pourra être utilisé afin d'aider à améliorer la production et les bénéfices, mais aussi de surveiller et réduire les impacts environnementaux.

Selon un scientifique cette approche a du sens et a même été prouvée par le passé. « Les voitures modernes par exemple sont « incomparablement plus propres » que les voitures plus âgées » a déclaré Neil Dohanue, un professeur d’ingénierie et de politique publique à l'Université de Carnegie Mellon, Pittsburgh.

Selon Neil Donahue, le secteur recherches de General Electric ne peut pas répondre à la question à savoir comment la société devrait réglementer la fracturation hydraulique. Il serait probable qu'au fil du temps, General Electric soit capable de regarder en arrière et "dire que ce que nous avons fait est sûr."

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire