Le Québec vise une interdiction totale du gaz de schiste

Québec  gaz de schiste  BAPE  moratoire

Suite au développement de l’extraction du gaz de schiste au Canada, le Québec a annoncé confier le dossier au BAPE (Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environnement) afin de prendre une décision indépendante sur la fracturation hydraulique et, si nécessaire, interdire totalement l’extarction du gaz de schsite dans le pays.

Yves-François Blanchet, ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs a décidé de rapatrier le comité en charge de l’évaluation des risques de cette technologie au sein de ce service.

« Puisque les études sont réalisées par des tiers indépendants, dans plusieurs cas des universitaires, on peut s'attendre à un diagnostic objectif et à des constats scientifiques rigoureux. Le Comité recevra cependant directive de transférer au BAPE les études qu'il a commandées » a déclaré le ministre.

Il entend aussi proposer un projet de loi visant à faire adopter un moratoire sur le gaz de schiste que ce soit au niveau de la prospection ou de l’exploitation dans les semaines à venir. Le moratoire, s’il est voté, servira a arrêter toute activité dans le domaine dans l’attente d’une législation et d’une réglementation adaptées.

Le BAPE devra donc étudier et délibérer sur les résultats de l’enquête du comité d’experts en la matière, enquête demandée en 2011 par Pierre Arcand qui était à l’époque ministre du Développement durable au Québec.

Cette décision a été saluée par les associations de protection de l’environnement comme Equiterre et l’AQLPA mais sidère les industriels et les compagnies du secteur. L’association qui réunit les pétroliers québécois n’a pas commenté cette décision pour l’instant.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire