Algérie : avancées juridiques vers le gaz de schiste

algerie  sonatrach  ali hached  congres international du gaz

Au cours du 17e Congrès international du gaz et de l’électricité qui s’est tenu à Paris, l’Algérie a confirmé une fois de plus sa volonté de se lancer dans l’exploitation du gaz de schiste, en se dotant de moyens institutionnels, humains et technologiques.

A l’échelle mondiale, l’exploitation du gaz de schiste et son développement vont très certainement aboutir à une nouvelle configuration de l’industrie gazière. L’Algérie souhaite clairement s’inscrire dans cette dynamique et exploiter au mieux son potentiel en hydrocarbures.

Plusieurs dispositions de la législation algérienne, relative aux hydrocarbures, sont en cours de révision par le gouvernement. Le conseiller du ministre de l’Energie et des Mines, Ali Hached, a ainsi présenté hier ce projet de lois au coursdu 17e Congrès international du gaz et de l’électricité tenu à Paris, et organisée par Pétrostratégies, IFP Training et IFP Energies nouvelle.

Ali Hached a expliqué qu’une réglementation et des normes très strictes seront mises en place, notamment pour la protection des nappes phréatiques. Il a de plus précisé que l’exploitation du gaz de schiste ne constitue pas d’autres menaces pour l’environnement, car il est question de zones désertiques non habitées.

D’autres mesures visent aussi à encourager l’exploration des ressources, ainsi que les partenariats en mesure de fournir leur compétences techniques et technologiques. L’objectif est de permettre à la compagnie algérienne Sonatrach de développer les ressources non conventionnelles du pays.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire