L’Algérie serait en mesure de réussir l’exploitation du schiste

gaz de schiste  algérie  ait laoussine  exploitation

L’ancien ministre de l’Energie algérien, M. Ait Laoussine, estime que le pays peut réussir dans l’exploitation du gaz de schiste et reproduire le succés américain, mais seulement sur le long terme.

Aujourd’hui consultant international du cabinet Nalcosa, M. Ait Laoussine s’est exprimé sur la future exploitation du gaz de schiste en Algérie de manière très positive. Le groupe CWC, de son côté, prépare une conférence internationale sur l’énergie en Algérie prévue dimanche prochain.

Pour l’ancien ministre il est possible à l’Algérie de « reproduire actuellement le succès américain dans l’industrie des gaz de schiste » si toutefois le pays considère cela « comme un objectif à long terme ».

En effet, il est nécessaire d’importer la technologie d’extraction par fracturation hydraulique détenue par les diverses sociétés pétrolières et mettre en place « une régulation favorable et un cadre d’investissement ».

En Algérie, d’après M. Ait Laoussine, les réserves en gaz de schiste pourraient avoisiner celles en gaz naturel. L’ancien ministre semble favorable à l’exploitation de cette ressource et estime que le gouvernement est en train de mettre en place un plan visant « à intensifier l’investissement dans les hydrocarbures conventionnels et non conventionnels » dans le pays.

Il rappelle que le groupe pétrolier Sonatrach a déjà rehausser ses estimations d’investissement les faisant passer de 65 à 80 milliards de dollars pour les 4 prochaines années.

Réactions et commentaires
Cette affaire de gaz de schiste en Algérie est une vaste escroquerie de l'industrie des hydrocarbures:
-Sur le plan environnemental, l'Algérie connait un stress hydrique important, comment peut-on sacrifier le peu de ressource d'eau potable au profit d'une industrie gazière. On sait que les nappes phréatiques vont êtres définitivement polluées.
-Sur le plan économique, les investissements projetés sont excessivement lourds et profiteront aux entreprises étrangères parce que l'Algérie n'a pas de capacité technologique digne de ce nom. Elle préfère importer/payer cash au lieu d'investir sur dans sa propre matière grise.
-Sur le plan moral, on ne peut reprendre texto ce que disent les lobyistes de l'industrie des hydrocarbures: "On a des réserves fabuleuses qui dépassent celle du gaz conventionnelle":non, mais il faut arrêter là, les Algériens sont passés maitre dans l'art du mensonge à destination de sa population.
samy | Le 10 novembre 2012 à 09:01:01
Déposer un commentaire