Gaz de schiste : Montebourg se met-il en danger?

Montebourg  Arnaud Montebourg  gaz de schiste  ministre du redressement  polémique  compagnie publique

Suite aux déclaration d'Arnaud Montebourg, du mardi 8 juillet 2013, devant la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, les réactions n'ont pas tardé à se faire entendre. Certains déplorent l'attitude du ministre et sa proposition de créer une compagnie publique pour exploiter le gaz de schiste.

Lors de la commission des Affaires économiques du mardi 8 juillet 2013, le ministre du Redressement productif lance une annonce qui ne plait pas : la création d’une compagnie publique réservée à l’exploitation du gaz de schiste.

Montebourg : provocation ou véritable détermination ?

Connu pour ses provocations, Arnaud Montebourg fait une nouvelle fois polémique. Inflexible, le ministre du Redressement productif suit sa ligne de conduite : l’indépendance énergétique de la France. Quitte à provoquer la colère des écologistes et de certains socialistes, il a annoncé sans détour qu’il serait pour la création d’une compagnie « publique et nationale » pour exploiter les gaz de schiste.

Dans le domaine de l’énergie, Arnaud Montebourg semble être le vilain petit canard puisque selon Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise, «il refait le coup du nucléaire, qui était propre sous capitaux publics mais sale entre des mains privées ». Sur ces deux sujets, Arnaud Montebourg s’oppose aux propositions défendues par François Hollande. Il risque fort de se retrouver déchu comme Delphine Bartho, l’ancienne ministre l’Ecologie et du développement durable et de l’énergie.

Une opposition toute relative de Montebourg

Tandis que certains le voit déjà sur le siège éjectable, François Brottes, président de la commission des Affaires économique, défend le ministre. Il n’a pas été « bordeline sur la position du gouvernement puisqu’il reste opposé à la fracturation hydraulique ». Il conclue sur le fait que « tous ceux qui s’intéressent aux questions énergétiques sont traumatisés par la tornade économique que représente l’exploitation des gaz de schiste par les Américains ».

Arnaud Montebourg ne semble donc pas sortir des sentiers battus. Comme pour calmer la foule, il précise qu’il aimerait que l’on parvienne «dans très peu de temps au gaz de schiste écologique». Pierre Gattaz, le nouveau président du Medef, et le ministre se rejoignent donc sur ce point de vue : favoriser la recherche pour une future exploitation « écologique » du gaz de schiste.
 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire