Le fracking doit utiliser plus d'eau recyclée d'après Ceres

fracturation hydrolique  cerces  gestion  eau recyclée  potable  douce  usée  hydrocarbures  alternative  électrique  thermique  nucléaire  gaz de schiste  fluides  pétrole  géothermie

Les opérations de fracturation hydraulique doivent absolument user de plus d'eau recyclée et non-douce, et doivent faire preuve d'une meilleure gestion de l'eau, si la production de gaz de schiste venait à croître autant que cela est prévu, selon Ceres.

La plupart des espaces de fracking se trouvent dans des zones de stress hydrique des Etats-Unis, comme le Texas ou le Colorado. Ces deux Etats sont plongés dans une sécheresse prolongée. Le rapport souligne les tensions grandissantes entre la croissance des activités de fracturation hydraulique et les besoins en eau de ces localités.

Le rapport est basé sur les donnés des forages de FracFocus.org, collectées auprès de 25,450 puits opérationnels depuis janvier 2011 jusqu'en Septembre 2012, ainsi que les cartes de zones de stress hydrique développées par le Wolrd Ressources Institute.

Les recherches montrent que près de 47 % des puits sont développés dans des bassins sujets à un forte voir très fort, stress hydrique. Une tension très forte signifie que plus de 80 % de l'eau disponible est déjà allouée à des usages municipaux, industriels ou agricoles.

Le Colorado et le Texas montrent le plus haut niveau de tension hydraulique. Les puits sont à 92 % situés dans des régions de très haute tension. Au Texas, qui compte à lui seul plus de la moitié des puits étudiés, 51 % d'entre eux se trouvent dans des zones de tension. Dans certaines régions du Texas, l'eau utilisée pour la fracturation hydraulique compte pour plus de 20 % de sa consommation.

Le rapport déclare que l'industrie a fait des progrès dans la stimulation de l'usage d'eau recyclée et d'autres sources d'eau alternatives pour la fracturation. Les opérateurs ont commencé à utiliser de l'eau non-douce, usée, de l'eau de mer...

Le Ceres donne ses recommandations aux compagnies et régulateurs :

  • La divulgation obligatoire par les sociétés du volume d'eau douce, non-douce ou recyclée qu'elles utilisent, région par région, ainsi que la quantité d'eau remontant à la surface et sa localisation.
  • Exiger des entreprises qu'elles dressent des objectifs de consommation d'eau quantifiables, y compris des objectifs de recyclage de l'eau et d'utilisation d'eau non-douce.
  • Veiller à ce que les entreprises et les organismes de réglementation locales mènent la planification de la gestion de l'eau suffisante.
  • Veiller à ce que les entreprises aient un processus d'engagement des parties prenantes locales en place sur la question de l'eau.

General Electric a annoncé le mois dernier la construction d'un centre de recherches à 110 millions de dollars dans l’Oklahoma afin d'étudier les technologies de fracturation hydraulique.

En Mars, Chevron, Shell et d'autres compagnies de gaz naturel ainsi que des groupes environnementaux ont formé un nouveau centre basé à Pittsburgh qui fixera des normes de fracturation pour le bassin des Appalaches.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire