Royaume-Uni : le pays détient plus de gaz de schiste qu’on le croit

royaume-uni  gaz de schiste  gaz  rapport gaz

Bien que l'extraction par fracturation processus soit toujours autant controversée, le gaz naturel n’ayant pas encore été exploité pourrait durer des décennies.

De nouvelles estimations concernant les réserves de gaz de schiste du Royaume-Uni seront publiées dans la journée, ce jeudi et on s'attend à ce que celles-ci soient plus grandes que ce que l’on pensait.

Elles pourraient potentiellement alimenter le Royaume-Uni en gaz naturel pour des décennies si une forte proportion de gaz contenus dans les roches-mères peut être extraite à un faible coût.

Cependant cette question reste très floue puisque cela dépend également de l’évolution de la densité de la population au Royaume Uni.

De nouvelles manifestations contre les gaz de schiste sont à prévoir, cependant le gouvernement compte bien mettre les collectivités locales de son côté afin de leur faire accepter le « fracking », technique d’extraction de ressources naturelles gazières et huilières. Le gouvernement compte miser sur la réduction des factures énergétiques et l’amélioration du niveau de vie des foyers.

L'enquête sur les réserves de schiste, menée par le British Geological Survey, à la demande du ministère de l'Energie et du Changement climatique, a pris beaucoup de retard, reflétant ainsi la grande controverse autour de ce sujet.

Les entreprises d'extraction locales suffisent au Royaume-Uni

Les entreprises d’extraction de gaz de schiste estiment qu’ils pourraient fournir au Royaume-Uni, la quantité d’énergie nécessaires au pays pour qu’il n’ait pas recours à l’importation, très coûteuse en ce moment.

Mais les opposant refuse tout projet car ils affirment que la fracturation hydraulique est susceptible de provoquer des petits tremblements de terre, peuvent conduire à des fuites de gaz méthane et utilisent une grande quantité d'eau douce.

Au Royaume-Uni, dans le Lancashire, un des trois sites où des forages exploratoires ont eu lieu des secousses sismiques ont suffi à abîmer le matériel de forage.  Bien que la déformation n'ait pas causé de fuites de gaz, d'autres tremblements de terre pourraient endommager les sites et empêcher l’extraction.

Cuadrilla, seule entreprise à encore se lancer dans la fracturation hydraulique au Royaume-Uni a enflammé les organismes de réglementation pendant plusieurs mois, lors d’une déformation d’un puits.

Cuadrilla a eu beaucoup de problèmes de tremblements de terre sur ses sites d’extraction, dans le Lancashire. Cela lui a d’ailleurs valu l’arrêt du forage pendant plus d'un an et des retards dans pour l’exploration d'autres sites.

Centrica : 100 millions de livre pour exploiter les puits de Cuadrilla

La société de capital-risque a jusqu’ici dépensé plus de 100 millions de livres au Royaume-Uni sans produire de gaz. D’ailleurs, pas plus tard qu’en Juin, la société a vendu à Centrica une participation de ses opérations dans le Shale Bowland (Lancashire) pour 40 millions de livres.

Ce jeudi, le gouvernement doit faire le point sur les potentiel arguments des communautés locales à faire accepter la fracturation et sur les propositions d'allégements fiscaux pour l'industrie du domaine.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire