Les techniques alternatives à la fracturation hydraulique étudiées par le Parlement

fracturation hydraulique  étude de faisabilité  gouvernement  gaz de schiste

L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques a été saisi par deux élus afin que soient étudiées les techniques alternatives à la fracturation hydraulique en vue d’une exploitation des gaz de schiste n’utilisant pas cette technique interdite sur le territoire français.

L’Assemblée Nationale a donc rendue publique l’étude de faisabilité d’un tel rapport, un document d’une vingtaine de pages dans lequel les deux élus, le sénateur Jean-Claude Lenoir et le député Christian Bataille, rapportent leurs premières impressions sur le sujet ainsi que quelques axes d’étude.

L’intérêt d’une telle étude serait de permettre l’exploitation des gaz de schiste sur le territoire français, enjeu important puisque la France devrait détenir des réserves parmi les plus importantes d’Europe.

Mais la technique de fracturation hydraulique utilisée pour l’extraction des gaz de schiste pose des problèmes environnementaux importants ce qui a conduit le gouvernement français à l’interdire par un moratoire le 13 juillet 2011, position réaffirmée en septembre dernier par François Hollande lors de l’ouverture de la Conférence Environnementale.

Toutefois, dans cette étude de faisabilité, plusieurs points importants ont été mis en évidence par les deux élus ; des points qui pourraient bien changer la donne.
Le rapport téléchargeable montre qu’il est possible, selon cette étude préliminaire, d’améliorer toute une série de détails qui permettraient de rendre la technique de fracturation hydraulique moins polluante et moins dangereuse pour l’environnement.

De plus, les élus mettent l’accent sur une technique alternative déjà utilisée aux Etats-Unis, la technique de fracturation par propane liquide, dont l’impact environnemental est réduit tout comme le risque de pollution.

Les élus estiment qu’au moins pour des raisons de recherche scientifique, le dossier schiste ne doit pas être clos de manière arbitraire. Ils conseillent donc au gouvernement de poursuivre le débat en poursuivant l’étude intitulée « Les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels »

Cliquez ici pour télécharger l’Etude de faisabilité de l’Assemblée Nationale. (PDF)

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire