Grande-Bretagne : la méthode de fracturation hydraulique est « acceptable » selon les conseillers en changement climatique

gaz de schiste  Grande-Bretagne  fracturation hydraulique  changement climatique

En Grande Bretagne, le comité du changement climatique (CCC) contredit les dires des écologistes et affirme, dans un nouveau rapport, que la méthode de fracturation hydraulique est acceptable et que le gaz de schiste pourrait répondre à la demande en énergie de la population.

La controversée énergie fossile est extirpée du sol grâce à l'injection d'eau sous pression dans la roche, un processus connu sous le nom de « fracturation ».
Selon les écologistes, la fracturation hydraulique pourrait être à l'origine de nombreuses catastrophes naturelles parmi lesquelles des tremblements de terre ou la contamination de l'eau consommable.

Ils mettent également en avant le fait que le méthane libéré durant le forage et la combustion du fuel rejette du gaz à effet de serre dans l'atmosphère.


Mais d'après le nouveau rapport du Comité du changement climatique (CCC), mis en place pour conseiller le gouvernement sur la manière dont il doit réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80 % d'ici 2050, le gaz de schiste a toute sa place dans le mix énergétique.


David Kennedy, le directeur général du comité, indique que brûler du gaz de schiste devrait être autorisé pour répondre à la demande croissante en énergie et servir de recours aux technologies intermittentes comme le vent.


« Tant qu'il existe une réglementation pour empêcher la fuite du méthane , dit-il, le gaz de schiste aura de plus faibles émissions que le gaz naturel liquéfié (GNL) importé de l'étranger ».


« Le gaz de schiste britannique pourrait jouer un rôle utile en se substituant au gaz importé et en répondant à la demande en énergie » poursuit-il, cela permettra également à « la génération du gaz d'équilibrer le système ».


Toutefois, M. Kennedy insiste sur le fait que le gaz de schiste ne devrait pas remplacer les énergies renouvelables comme le vent en mer et le nucléaire, pour éviter, dans le futur, de bouleverser le secteur de l'énergie.


Selon les estimations, il pourrait y avoir suffisamement de gaz de schiste en Grande-Bretagne pour chauffer pendant un siècle le foyer de tous les habitants bien que l'accès à ces réserves pourrait être aussi difficile que coûteux.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire