Montréal : Conférence annuelle de l’APGQ

montreal  apgq  conference  québec

La conférence annuelle de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) a lieu en ce début de semaine, et le gaz de schiste se trouve clairement au centre des discussions.

Le président de l’APGQ, Lucien Bouchard, a notamment expliqué que sur le sujet du gaz de schiste, il fallait bien s’informer de se qui se passe aussi à l’étranger. « Il y a des leçon à tirer de tout pour bien faire les choses ici », a-t-il précisé. Car le sujet est complexe et demande de la « patience » et de la « pédagogie ».

Pierre Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal, pense que le Québec est loin de pouvoir subvenir à ses propres besoins en matière d’énergie. Il a exprimé son avis que le gaz de schiste peut jouer un rôle important dans l’économie de la province, rappelant que le chauffage au gaz est nettement plus efficace que le chauffage électrique.

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a récemment exprimé sa position sur ce sujet, expliquant que l’exploitation du gaz de schiste ne pourrait se faire au Québec qu’après des avancées technologiques exceptionnelles.

« C'est certain que, lorsqu'on parle de gaz de schiste au Québec, ce n'est pas n' importe où, a-t-elle expliqué. C'est dans une des zones les plus habitées, c'est la Vallée du Saint-Laurent. C'est une zone ou il y a du développement économique relié à l'agriculture, du développement économique relié au tourisme. Donc, je pense qu'il faut faire attention. Et les risques sont très grands, actuellement. »

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire