États-Unis : le compte-rendu de l'Académie nationale des sciences sur le développement du gaz de schiste

gaz de schiste  académie nationale des sciences  fracturation hydraulique  pollution

Ce jeudi 23 mai, à Washington D.C., l'Académie nationale des sciences passera en revue les risques et les inquiétudes du grand public au sujet des opérations de forage pour l'extraction du gaz de schiste.

Les présentations auront pour objet la pollution de l'air et de l'eau, les impacts économiques et sociaux, sanitaires et climatiques liés au développement du gaz de schiste, mais ne délivreront pas de recommandations sur la manière dont il faudrait en atténuer les effets.

« Ce compte-rendu sera réussi si l'état actuel de connaissances à propos du forage du gaz de schiste est renforcé et les incertitudes identifiées de façon à ce que nous ayons une meilleure compréhension de la façon dont il faut contrôler les risques », a expliqué Mitchell Small et Carnegie Mellon, respectivement à la tête du comité de l'Assemblée Nationale des Sciences (ANS) et professeur à l'Université dans le département Ingénierie civile et environnementale.

Paul Stern, à l'origine du compte-rendu et chercheur principal au conseil académique du Changement Environnemental et de la Société, a indiqué que le but de cette présentation était de divulguer les informations les plus pertinentes afin qu'elles servent aux décideurs politiques nationaux dans la mesure où ni l'administration d'Obama, ni le Congrès n'a demandé ou financé une étude complète où figureraient les recommandations sur la manière dont il faut réguler les risques du développement du gaz de schiste non conventionnel en utilisant la fracturation hydraulique.

Au Canada, une telle étude est en préparation. Assurée par le Conseil des Académies Canadiennes, elle est attendue fin 2013.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire